Produits | - Belgique

Albert Frère - Président de Petrofina

Né le 4 février 1926 à Fontaine-l’Évêque (Belgique).

Il reprend la boulonnerie familiale Frère-Bourgeois à Charleroi en Belgique en 1947 et se lance rapidement dans la sidérurgie. En 1954 il achète les Laminoirs et Boulonneries du Ruau, filiale du fleuron belge Arbed. En 1966 il acquiert Hainaut-Sambre, avec le soutien de Paribas ; il constitue un groupe industriel, qui connaît des difficultés au milieu des années soixante-dix et finit par disparaître avec la nationalisation de Cockerill Sambre en 1982.

En 1978 il fait la connaissance de Paul Desmarais, avec qui il restera lié jusqu’à la fin de sa vie. En créant Pargesa avec lui en 1981, il monte une opération qui soustrait d’importants actifs de Paribas à la nationalisation décidée par le gouvernement socialiste de François Mitterrand. En 1982, il entre au capital du groupe Bruxelles-Lambert, qui a des participations dans des secteurs divers : banque (BBL, Drexel Burnham Lambert), l’énergie (Tractebel, Petrofina), l’audiovisuel (CLT-RTL), les assurances (Royale belge), …

Après l’offensive de Carlo di Benedetti en 1988 contre la Générale de Belgique, il verrouille le contrôle de GBL avec Paul Desmarais. Il s’emploie alors à restructurer le portefeuille des participations. Les assurances seront cédées.

Dans l’énergie, à la faveur de cessions puis de redéploiements, il favorise la création du groupe Total, puis du groupe Suez-GDF. Il entre dans le capital de Lafarge, qui fusionne plus tard avec Holcim ; dans celui d’Imerys, de Pernod-Ricard, d’Adidas, …

A Petrofina, sa présidence est principalement marquée par la rationalisation du portefeuille minier et la poursuite de l’investissement dans le raffinage et la pétrochimie ; en particulier la modernisation des grands sites industriels belges (Anvers, Feluy) et américains (La Porte, Bayport, Carville et surtout Port-Arthur) est privilégiée. En 1998, après avoir vainement proposé à Philippe Jaffré de vendre Petrofina à Elf-Aquitaine, il parvient à un accord avec Thierry Desmarest ; c’est la fusion entre Total et Fina, qui entraîne par la suite l’OPA de Total sur Elf, lancée en 1999, à laquelle Albert Frère apporte tout son soutien, personnellement et par la présence de représentants de GBL au conseil d’administration de Total.

Il meurt le 3 décembre 2018.

One Total, our values
Respect for Each Other, Pioneer Spirit, Performance-Minded, Stand Together

Comments

To comment this testimonial, please connect or create an account.

Would you like to share your experience in connection with this testimonial ?

Complete this testimonial

You have helped shape the History of TOTAL ? Take part in our testimonial gallery !

Take part in the testimonial gallery