ANGOLA - DALIA

En 2006 intervient la mise en huile du 2e développement du bloc 17 : Dália. Le projet se singularise par sa taille – 71 puits, 75 km d’ombilicaux… – et en même temps par sa compacité, avec le raccordement possible de six puits à chaque manifold, sa productivité, et le niveau de fiabilité et de disponibilité exigé des équipements, qui doivent être capables d’assurer 20 années de production continue à grande profondeur, par une température au fond de l'eau de 4 °C et une pression extérieure de 140 bars.

Dalia

 

Ce nouveau champ ajoute un défi supplémentaire à ceux surmontés dans le cadre du développement de Girassol. Il s’agit d’effectuer des traitements similaires, mais avec une huile plus complexe, plus visqueuse, et produite à partir d’un nombre supérieur de puits. Pourtant, grâce à la capacité d’innovation et de mobilisation du groupe Total, tout juste six ans sépareront le lancement des études d’ingénierie de base du projet de sa première huile avec cinq grandes étapes :

  • décembre 2000 : lancement des études d’ingénierie de base du projet,
  • avril 2003 : attribution du contrat de construction du FPSO Dália,
  • février 2005 : lancement de la campagne de forage,
  • décembre 2005 : démarrage de la campagne d'installation offshore,
  • juin 2006 : livraison du FPSO Dália.

le projet DALIA

La construction de ce géant représente 8 millions d'heures de travail, mobilisant jusqu'à 3 500 personnes simultanément. Dália a marqué le début de la réinjection des eaux de production dans les réservoirs. Le taux de réinjection atteindra 80 % sur Pazflor.

 

Dália

Plus vaste et plus difficile à produire que Girassol, Dália s'affiche comme une deuxième référence technologique mondiale en offshore profond, une preuve de la capacité renouvelée du groupe Total à industrialiser et à banaliser aujourd'hui l'exploit d'hier 

Yves-Louis Darricarrère, directeur général Exploration-Production
 

Quelques données clés

  • Situation : 135 km au large des côtes angolaises
  • Superficie : 230 km2
  • Profondeur d’eau : 1 200 à 1 500 m
  • Réserves estimées récupérables : près de 1 milliard de barils
  • 71 puits dont 37 producteurs et 31 puits injecteurs d'eau et 3 injecteurs de gaz
  • 9 manifolds
  • 4 boucles de production
  • 8 risers flexibles de type Integrated Production Bundles
  • 75 km d’ombilicaux
  • Équipements produits en Angola : premiers ombilicaux de production et de contrôle d'injection, bouée de chargement, tubes enroulés sur la spool base.

dalia

 

3 millions d'heures de travail seront nécessaires à l'achèvement des 4 200 connexions sous-marines réalisées dans le cadre de la pose et de l'installation des équipements de production de Dália. Priorité de chaque instant, la sécurité repose sur la formation, le strict respect des procédures et la parfaite coordination du travail en équipe. Elle est au cœur de la maîtrise des risques liés notamment à la mise en œuvre d'équipements de taille colossale.

 

Manifold:  Module déposé sur le fond marin afin de raccorder à une ligne de production différents équipements (vannes, connecteurs, organes de télécommande, etc.) nécessaires à l'exploitation d'un puits.  

 

Une huile plus complexe

Assurer dans un environnement extrême en termes de pression et de température (4 °C et 140 bars) l’écoulement d’une huile particulièrement visqueuse (21 à 23° API contre 32° API pour Girassol), acide, froide et polyphasique, représentait une difficulté inédite. Pour la résoudre, Total E&P Angola a mis en œuvre les plus gros risers flexibles jamais construits, à l’aide d’une nouvelle technologie dénommée Integrated Production Bundles et un système d’isolation des lignes de production à très haute performance.

 

Le FPSO Dália
Lancées au mois de janvier 2004, les opérations de construction du FPSO Dália réalisées sur l'île de Koje, en Corée du Sud, s'achèvent au mois de mars 2006 avec la fin de l'installation des 30 000 tonnes de superstructures, soit 12 modules assurant la totalité du processus de séparation et de traitement des fluides, de génération d'électricité, d'exportation de l'huile vers la bouée de chargement, de stockage et de compression de l'huile ainsi que d'exportation de gaz vers l'usine ALNG de Soyo. La construction de ce géant représente 8 millions d'heures de travail, mobilisant jusqu'à 3 500 personnes simultanément.

le FPSO DALIA

Un FPSO est une véritable ville flottante avec ses quartiers de vie, ses usines de traitement et de production… Grâce à la puissance des technologies de l'information, le contrôle-commande de cette multitude de fonctions est assuré 24/7 par une équipe compétente.

 

Le FPSO Dália en chiffres

  • Longueur : 300 m
  • Largeur : 60 m
  • Capacité de production : 240 000 barils/jour
  • Capacité d’injection d’eau : équivalent de 405 000 barils/jour
  • Capacité de compression de gaz : 8 millions de m3/jour
  • Quartier de vie : jusqu’à 190 personnes
  • Poids des installations en superstructure : 30 000 t.

 

L’exploration de Dália bénéficie de la dynamique de progrès du groupe Total en matière d’acquisition sismique 3D permettant de fournir, dès 1999, des images de haute résolution. Les signatures sismiques des différents réservoirs de Dália rendent possible, par leur netteté, une lecture précise et directe des éléments – en particulier sables et argiles – constitutifs de leur lithologie. Complétées par des tests d’interférence, elles permettent l’élaboration de modèles réservoirs optimisant l’implantation des puits de production et d’injection en vue d’en réduire le nombre global. Compte tenu du coût des forages, Total E&P Angola s’attache à maximiser le volume des réserves récupérables tout en minimisant le nombre de puits forés et en simplifiant au maximum leurs trajectoires. L’alliance d’une technologie d’arbres sous-marins de production de type horizontal et le choix d’architectures de puits légères contribuent à réduire les temps de forage et à accroître la productivité des opérations, optimisant d’autant l’économie globale du projet. Ensuite, le nombre de manifolds utilisés pour le raccordement des puits a pu être également réduit, passant de 13 manifolds pour 23 puits sur Girassol à seulement 9 manifolds pour 37 puits sur Dália.

Lithologie : Nature des roches formant le réservoir.

ACQUISITION SISMIQUE

Les premières acquisitions sismiques en 2D permettent d’obtenir des coupes géologiques du sous-sol espacées. Elles laissent place aux acquisitions en 3D, qui donnent une image en volume d’un gisement à un instant T, comme dans la salle d’interprétation Sismage du CSTJF de Pau.

Puis vient la 4D, utilisée sur des champs tels que Girassol ou Dália pour suivre l’évolution dans le temps d’un gisement, la manière dont varient les proportions d’huile, de gaz et d’eau dans ses différents compartiments, au fur et à mesure de sa déplétion.