Brunei

1987

Première présence du Groupe sur le territoire

1989

Ellf Aquitaine signe l'accord sur l'exploitation du pétrole

Les premiers pionniers arrivèrent à Brunei en janvier 1987 au Sultanat avec la tâche difficile d’établir la filiale. Officiellement, la réussite a commencé avec la signature de l’Entente sur l’exploitation minière du pétrole (AMP) avec le gouvernement du Brunei le 23 novembre 1989 pour explorer les hydrocarbures dans une partie précise du territoire du Brunei appelée le bloc B. Ce bloc, qui couvrait à l’origine une superficie de 1572 km2, est en fait délimité par un encrage situé à 50 km au large où Total peut forer des puits et acquérir de l’information sismique pour explorer les formations géologiques sous le fond marin. La mission n’était pas seulement de trouver, mais aussi de produire et de vendre ces hydrocarbures du bloc B.

 

1987 - 1991

De l'acquisition à la découverte

Le premier groupe arrivé à Bandar en janvier 1987 était constitué d’une équipe de cinq personnes seulement. Cependant, en moins de trois ans, ils ont réussi à établir une filiale prospère d’Elf Aquitaine en Asie du Sud-Est. C'était un véritable exploit humain et technique. Le 23 novembre 1989, la société française a signé l’accord des Mines de pétrole pour les trente prochaines années; une période très intense a commencé et cette phase d’évaluation allait être pleine de surprises.

"Vous serez une petite équipe, a insisté le bureau à Paris", a rappelé Maurice Comtet, le premier responsable de la filiale. "Tout s'est déroulé si vite que nous n'avions pas pu nous rencontrer auparavant. Nous nous sommes donc tous présentés en janvier 1987 à la porte d'embarquement avant le décollage de Paris! Accompagnés de Maurice Comtet, Jean-Pierre Hurel, responsable des forages, André Mariotte, responsable de l'exploration, Jean Choignard, géologue et Daniel Jouhet, responsables des finances et de l'administration . "

Elf Aquitaine arpentait Brunei depuis deux ans. Il a fallu quelques mois de négociations avec une petite société locale, Jasra Private Ltd (Jaspet), pour finaliser la cession de la ferme à Elf. La cession formelle a été exécutée en décembre 1986. En 1987, la société française était enregistrée en vertu de la Loi sur la Société du Brunei.

En arrivant à Bandar, la première tâche de cette toute nouvelle équipe a été de créer une filiale fonctionnelle. Daniel Jouhet a expliqué: "Le lendemain de notre arrivée, nous sommes allés visiter les bureaux. La mission consistait à mettre en place une base petite mais solide, car nous ne savions pas combien de temps nous resterions!" Adnan Salleh a débuté le 3 décembre 1987 en tant que dessinateur adjoint au département d’exploration. «À l’époque, nous faisions nos dessins à la main et nous devions partager un ordinateur!

Loin du bureau, quelque part au large dans les eaux de Bruneain, une partie de l’équipe devait préparer la future campagne de forage. «Nous savions déjà, avant de commencer, que ce serait techniquement très difficile», a déclaré Marc Bourdat, responsable des opérations géologiques. Le 4 octobre 1989, le Maharaja Lela-1 a découvert des réservoirs contenant du gaz dans le panneau Nord MLJ. Enfin! Après de longs mois de négociations, Maurice Comtet réussit à signer un nouvel accord d’exploitation minière. Signé le 23 novembre 1989 à Paris, il s'agissait de l'acte de naissance du bloc B. Il lança son exploration officielle.

Avec la signature de la PMA, Elf Aquitaine Offshore Asia pouvait entamer un nouveau chapitre de sa courte vie: la phase d’évaluation consistant à tester plus de puits. «C’était une étape si intense», déclara Dominique Paret, le nouveau directeur général nommé en 1991, «chaque jour apportait ses surprises et une exploration plus sérieuse pouvait commencer. Nous attendions tous les résultats et je me souviens de l'atmosphère électrique du bureau. Nous avons bénéficié du soutien de notre siège à Paris et plusieurs représentants aussi enthousiastes au sujet des découvertes commerciales, nous ont rendu visite à quelques reprises. ”

Christopher Hollis, le directeur financier, s'est rappelé qu'au bureau, le passage du manuel à l'informatisation était également en cours et que certains employés s'en étaient inquiétés. En mer, des puits ont également été testés très régulièrement. Au cours de ces années, le but était toujours de trouver du pétrole, mais cela a changé lorsque Jean-Louis Jouvet, responsable des géosciences au siège, a décidé de changer d'orientation. Il a poussé la filiale brunéienne à se concentrer sur les découvertes de gaz et a été le premier à comprendre la nécessité de développer la production de gaz au Brunei. En mai 1992, un puits, ML2, fut foré avec succès. Une nouvelle ère d’études de développement commença.

1992 - 1996

Des études à la décision d'investissement

Jusqu'à ce moment là, rien n'avait été gagné pour une société française. La campagne d’évaluation marqua quelques points, mais une période plus difficile était à venir: les négociations commerciales. Cela a finalement été conclu avec la signature de l'accord d'approvisionnement en gaz, véritable début de la phase de développement. C'était la confirmation qu'Elf pouvait s'installer de manière permanente dans la région.

 

Le tournant de l'accord de fourniture de gaz

Au printemps 1992, des découvertes furent faites et Elf se battit pour transformer cette petite filiale d'exploration en une installation de production. Une renégociation de la PMA a néanmoins été signée en octobre 1993 pour valider certaines clauses. Six ans après l’arrivée de la première équipe, le développement du basculement d’un simple pétrole à un développement plus viable avec l’ajout de réserves de gaz marqua un tournant et le vent souffla de nouveau dans la filiale. C'était une question de patience. Un nouveau directeur général, Henri Bergasse, fut nommé et le siège à Paris souhaitait vivement que la société soit établie à Brunei. "L'accès à l'usine de BLNG était la condition non négociable requise pour élaborer un plan de développement sérieux.

Comment rendre le bloc B viable était la principale question. «Je suis arrivé au Brunei en 1993», explique Gilles Trican, chargé de projet. «Nous avons étudié toutes les possibilités pour développer le champ MLJ, que ce soit en tant que satellite autonome ou en développement connecté à une plate-forme Shell. Mais avant tout cela, il était fondamental de prouver la quantité de nos réserves de gaz afin de signer un éventuel accord de fourniture de gaz. J'ai consacré beaucoup de temps à mon travail et, étonnamment, tout a été certifié en juin 1996. »Une fois cela fait, Elf dût entamer des négociations très difficiles sur les prix du gaz pour la vente de gaz à l'usine BLNG. En arrivant à Bandar, Yves Duteil, responsable des opérations, fut l’une des personnes clés pour traiter ce problème. «Ma mission consistait à prouver, sur la base d’études spécifiques, s’il valait la peine de développer le champ MLJ.» Trois mois plus tard, la réponse était positive et l’équipe commença à travailler sur le plan de développement. Pendant ce temps au bureau, le nouveau personnel local comme Khairani Hashim dut s’habituer à la culture française. «Nous étions encore une petite équipe», expliqua Khairani qui avait débuté en avril 1995 en tant que commis aux comptes. «Je me débattais sérieusement avec la langue et devais prendre des cours. L'ambiance au bureau était chargée mais bonne. »Pour le dîner annuel de décembre 1995, une croisière organisée sur la rivière accueillit tous les employés de la filiale. En parallèle, il était temps de commencer à travailler sur le plan de développement du terrain (FDP). Pour avoir accès à l’usine de liquéfaction, de nombreuses réunions ont eu lieu avec BLNG. Certaines ont donné lieu à des échanges très vifs entre le personnel français Elf et le personnel néerlandais de Shell, BLNG n’étant pas impatients de partager leur usine de liquéfaction. Fauziah Sauni, Fadzilla Abdul Rahman et Jean de Zilva, les trois assistants ont également rappelé ces moments accablants et les longues soirées passées au bureau à la finalisation de la préparation de tous les documents nécessaires à la signature officielle. Grâce à la ténacité de toute l'équipe, l'accord de fourniture de gaz a été signé en avril 1997. Il a ouvert la voie à l'expansion massive de la filiale et à ses nombreuses réalisations.

1997 - 2001

Projet de développement et première production du bloc B

Ce fut une période de travail intensif. En seulement deux ans, une usine de traitement et des plates-formes offshore ont été construites, permettant ainsi de démarrer la production. À cette époque, on produisait environ 21 000 barils d'équivalent pétrole par jour. En plus de cela, un leader charismatique a demandé à tout le monde de jouer au cricket; et un bateau naufragé chinois vieux de cinq siècles a été découvert sur la route du gazoduc. Une véritable épopée!

 

Un âge fascinant

En avril 1997, les côtes étaient dégagées pour la compagnie pétrolière française. Le gouvernement donna finalement son accord pour utiliser l'usine de liquéfaction de gaz. Il fallut dix ans pour parvenir à cet accord afin d’exploiter avec succès les ressources du bloc B, mais il ne faudrait que deux ans pour lancer l’usine de traitement en mer (OPP), deux plates-formes et un pipeline de 85 km pour que la production puisse réellement démarrer. Un record époustouflant! "Nous formions une équipe solide et tout le monde était en place", a déclaré Xavier Troussaut, ingénieur des réservoirs. "On nous faisait confiance; il y avait une réelle exigence et une solidarité." L'arrivée d'un nouveau directeur général, John Perry, qui était très déterminé à établir Elf Offshore Asia BV au Brunei, en tant qu’opérateur reconnu et couronné de succès, a marqué le début d’une nouvelle ère: sa volonté de créer un véritable esprit d’équipe au sein de la filiale dans son ensemble contribua au dynamisme de ces années.

Les défis et les surprises n’ont pas manqué pendant cette période de développement, mais le plus remarquable est sans aucun doute la découverte d’un vieux galion chinois sur le tracé du pipeline en mai 1997. Tout de suite, John Perry reconnut la valeur de cette rencontre sous-marine pour les relations franco-brunéienne. Les choses se sont bien passées et les travaux d'excavation ont commencé en mai 1998. Entre-temps, sur l'île de Java, en Indonésie, où les futures plates-formes étaient en construction, un autre drame se déroulait. Un climat politique turbulent obligea une partie de l'équipe à évacuer la région par voie maritime. Au final, tout s’est bien passé, mais il y eut beaucoup de nuits blanches pour certains des gérants. En 1998, le bureau ressemblait à une ruche car il se passait toujours quelque chose. «Un de mes meilleurs souvenirs», se souvient Siti Saodah Hj Mohd Salleh, la réceptionniste, «est le jour où nous sommes montés dans un hélicoptère pour visiter MLJ1. C'était ma première fois sur un vol! Nous sommes allés directement à la plate-forme située à 20 mn de vol de là-bas."

Après moins de deux ans de travail épuisant de la part de tous les membres de la filiale, l’usine de traitement en mer (OPP) émit sa première flamme le 19 février 1999! Le gaz fut traité par l’usine BLNG pour être liquéfié avant d’être expédié en Corée et au Japon. La production démarra lentement avant d'atteindre une moyenne de 21 000 barils d'équivalent pétrole par jour (données entre juin et décembre 1999). Au cours de l'été 1999, Total lança une offre publique d'achat réussie sur Elf Aquitaine. Les années suivantes, la société s'appelait TotalFinaElf avant de s'appeler finalement Total. Pendant ce temps, il fut nécessaires de modifier les termes de certains contrats qui permettaient au géant français du pétrole et du gaz de maximiser sa production. L'extension du «plateau» (niveau de production maximale de gisement de pétrole ou de gaz) fut discutée ainsi qu'une éventuelle unitisation avec Petronas, dans le cadre de l'extension du champ en Malaisie. Ce n’était que de bonnes nouvelles pour la société et pour les deux prochaines années, l’avenir de la filiale semblait assuré.

2002 - 2006

Performances de production exceptionnelles et deuxième campagne d'exploration réussie.

De 2002 à 2007, la filiale connut une période de succès, mais avec de nouveaux défis. Total à Brunei atteint sa vitesse de croisière: la production de la Police provinciale de l’Ontario battit des records et l’équipe géosciences identifia un potentiel important pour de nouvelles découvertes. À la suite de cela, en 2004, une nouvelle campagne d’exploration fut lancée. Après la campagne sismique, des négociations suivirent pour s'assurer de la disponibilité d'un marché pour les nouvelles réserves de gaz qui devaient être découvertes. Les forages d’exploration de MLJ2-06 en octobre 2007 ont été un succès et ont ouvert de nouveaux horizons au sein du champ MLJ South.

 

Quand la volonté paye

À l’automne 2002, la filiale était à nouveau prospère! Pierre Desvoyes, le nouveau directeur général expérimenté dans le domaine du forage, et Patrick Fleury, le responsable des opérations, ont tous deux mis l'accent sur l'excellence des opérations. Il était maintenant temps d'agir. Ce fut le début d'une nouvelle phase de développement! Le bloc B n'avait pas encore révélé tous ses trésors et lorsque l'équipe de forage commença à développer le puits MLJ1-06 en octobre 2002, des découvertes inattendues étaient à venir. La productivité élevée des réservoirs découverts renforça la production pour les années suivantes.

En 2003, les niveaux de production allaient très bien, des records furent même atteints: 10,95 millions de barils d’équivalent pétrole par an (Mboe). L’équipe des géosciences anticipa la possibilité de trouver des réserves supplémentaires dans les compartiments géologiques inexploités du bloc B et lança donc un levé tridimensionnel. C’est à ce moment-là que d’intenses négociations commencèrent avec le siège à Paris, en raison d’une réticence à investir dans des opérations aussi risquées. Les autres questions traitées par le directeur général étaient les suivantes: «Pouvons-nous persuader le siège social qu’il existe un marché potentiel pour le gaz et que ces réserves mériteraient un investissement?». Paris accepta finalement d'investir dans cette campagne de forage en juillet 2006. Ce fut un réel soulagement pour tout le monde. Pendant des mois, certaines familles d'expatriés n'étaient pas vraiment certaines de leur avenir à Brunei et tous les deux ou trois mois, un départ était prévu. La permission de signer le contrat d’appareil de forage leur procura une tranquillité d’esprit pour les mois à venir.

L'atmosphère était vraiment agréable au bureau. «Partager un jour Hari Raya, célébrer le nouvel an chinois lors de journées portes ouvertes un autre jour; un jeu de bowling, des crevettes et des frites de l'autre côté de la frontière! » déclara Philippe Broulis, responsable de l'administration. «Je fis partie d'autres filiales avant et après Brunei où je ne fus pas aussi bien accueilli dans les différentes communautés!» D'autres ont gardé des souvenirs de la fête de la piñata organisée par l'hôtel Empire pour toutes les familles. Ces moments simples ont permis d’atténuer le stress de la nouvelle campagne d’exploration sur le point de démarrer. En 2006, un nouveau record de 11,84 millions de barils d’équivalent pétrole (Mboe) fut atteint. La campagne de forage était en préparation et en février, lorsque le nouveau directeur général, Louis Heuze, arriva à Bandar, il entama des négociations très fermes avec BLNG, car les prix de l'approvisionnement en gaz étaient insatisfaisants. Sans réponse de BLNG, il réduit sa production de 100% à 60% sur une période de trois jours. Après quatre jours, BLNG accepta de réviser ses prix de manière très substantielle et donna ensuite plus de liberté à Total. Le 7 août 2007, MLJ2-06 fut le premier puits foré pour explorer l'extension sud de ce champ qui avait permis de découvrir du gaz ! Quand une forte volonté porte ses fruits…

 

2007 - 2011

L’évaluation des réservoirs profonds et le lancement de la deuxième phase de développement

Le forage réussi de MLJ2-06 en 2006  ouvrit la voie à la première production des réservoirs profonds. En 2010, le ML5 devint le puits le plus profond jamais foré au Brunei Darussalam. En un sens, cela changea fondamentalement la perspective limitée sur l’avenir de la filiale et conduit à l’extension du cadre contractuel. Ces découvertes ont doublé les réserves initiales! Un véritable exploit et l'assurance que la société française resterait beaucoup plus longtemps dans la Demeure de la Paix.

 

Rebondissements

Le puits de plate-forme MLJ2-06 fut le premier à explorer l’extension sud du terrain et ce puits fut un grand succès, permettant ainsi à la filiale de commencer à élaborer des plans pour son avenir. Cependant, le temps était compté; le contrat de fourniture de gaz expirerait en 2013 et la filiale devait trouver de nouvelles réserves pour pouvoir la renouveler et rester plus longtemps au Brunei. Avec l’appui du directeur général, Louis Heuze, l’enthousiasme et la passion de l’équipe géosciences ont joué un rôle fondamental pour convaincre Paris d’aller plus loin dans la campagne d’exploration. En 2008, la filiale fut très occupée à organiser la visite du ministre de l’Énergie à Balikpapan (Indonésie). Il fallut beaucoup de préparation, y compris la location d’un vol commercial à destination de Balikpapan! Cela impliquait également beaucoup de coordination entre TEP Brunei, TEP Indonesia et le gouvernement du Brunei. «C’était un si grand événement», rappela Hjh Junidah Hj Mohamed. «J'ai dû gérer tous les documents d'immigration. Quel exploit! » Deux ans plus tard, la même équipe organisait le voyage du ministre de l’Énergie à Paris.

Yves Grosjean fut nommé directeur général le 29 janvier 2010 et, en août 2010, le puits d'exploration ML-5 découvrit de nouveaux réservoirs contenant du gaz. Il reste le test de production le plus réussi en Asie du Sud-Est (5 350 mètres). Aucun autre puits dans la région ne s'est avéré aussi difficile! Cela ouvrit la voie à une nouvelle phase de développement. Entre-temps, TEPB a commencé à travailler avec Petroleum Brunei en tant que nouveau partenaire dans le bloc B (27,5% de la joint venture). Après deux années d'études, le Comité exécutif du Groupe (COMEX) à Paris approuva le lancement du projet de développement des panneaux sud le 14 février 2012. Le projet MLS Sud pouvait alors démarrer pour de bon.

Depuis 2012

Le projet de développement ML Sud et les performances de production de puits et de réservoirs existants ont donné naissance à un éléphant

Ne tenez jamais rien pour acquis dans le secteur du pétrole et du gaz: soyez prêt à affronter des surprises inattendues, car elles peuvent vous impressionner. C'est ce qui s'est passé avec TEPB au Brunei. En 2012, le bloc B est entré dans une nouvelle phase de développement avec le projet MLS pour développer les réserves de panneaux méridionaux plus profondes et plus difficiles et pour augmenter la production. Les dernières études ont révélé que le gisement MLJ contiendrait plus de réserves d'hydrocarbures que prévu initialement!

 

Au-delà des promesses

«Nous avons déjà produit ce que le plan de développement sur le terrain (FDP) nous prédisait !», déclara Pierre Temperville, responsable des finances, de 2009 à 2013. Et nous avons encore 25 ans de production devant nous. C’est un exploit incroyable. » La sanction du projet MLS a également marqué le point de départ d’une course contre la montre. Les premières livraisons de gaz de MLS devaient avoir lieu le 1er avril 2015 et une nouvelle plate-forme sans tête de puits à 12 emplacements appelée MLJ3 était en cours de construction, en partie au Brunei et au Vietnam. Dans le secteur du pétrole et du gaz, les négociations ne s'arrêtent pas: en décembre 2011, il a été donné l’approbation de proroger jusqu’au 22 novembre 2039 l’accord relatif à l’exploitation minière du pétrole. Cette prolongation a permis à TEPB de lancer le nouveau projet. Le contrat initial d'approvisionnement en gaz (GSA) expira le 31 mars 2013 et une nouvelle GSA fut signée en décembre 2013 pour une nouvelle période de 20 ans (jusqu'en 2033).

Entre temps, les familles expatriées du monde entier ont continué à arriver avec leurs enfants, rejoignant traditionnellement la Jerudong International School (JIS), qui offre un niveau élevé d’enseignement en anglais. Le calendrier de l'entreprise fut également parsemé de journées familiales, de réunions d'équipe, de séminaires HSE, de formations et, bien sûr, du traditionnel dîner annuel début décembre. Ces rassemblements sont toujours de bonnes occasions de rencontrer de nouvelles personnes et de renforcer le sentiment d'appartenance à la communauté Total.

L'année 2014 a été marquée par une production record de gaz et d'hydrocarbures totaux, avec plus de 1,6 milliard de mètres cubes de gaz exportés et 13 millions de barils d'équivalent pétrole produits. «Le bloc B est une réussite incroyable», expliqua Douglas Haldane, responsable du développement commercial et des affaires juridiques. «Les chiffres parlent d’eux-mêmes: en 1999, les réserves de TEPB étaient estimées à 137 Mbep. Aujourd'hui, nous parlons de réviser nos réserves initiales à près de 500 Mbep. »C'est ce qui la classera comme un« éléphant »dans le jargon du pétrole et du gaz! Parallèlement aux défis quotidiens, un autre problème récurrent qui prend beaucoup de temps est le processus d’unitisation qui concerne les réservoirs de gaz chevauchant le Brunei et la Malaisie. Les unitisations ne sont pas rares dans le monde, mais les cas que nous traitons pour le Brunéi-Malaisie sont assez uniques. L’objectif ultime est de convenir de la quantité d’hydrocarbures appartenant au Brunei et de la Malaisie: un défi de taille! Des réunions régulières sont organisées avec la Malaisie afin de trouver un accord. Les négociations progressent bien en 2015.

L'histoire du bloc B est loin d'être terminée. Certes, de nouveaux défis inattendus se présenteront, mais une chose est sûre: le développement et le succès de Total à Brunei doivent beaucoup à l’atmosphère conviviale du pays et à la générosité de sa population. Tous ceux qui ont eu la chance de travailler à Bandar au cours des 25 dernières années n’ont que de bons souvenirs et la plupart d’entre eux ont raté le calme de l’endroit, les promenades dans la jungle et l’ambiance agréable au bureau. Le développement en cours du terrain de la MLJ est une véritable prouesse technique, mais avant tout une vraie réussite humaine.