Cameroun

CM
1925
entrée de Petrofina dans le capital du Syndicat d’études et de recherches de pétrole de Logo-Baba
1947
Création de la Compagnie française des dépôts pétroliers du Cameroun
1955
Création d’Air Total Cameroun (1ère filiale étrangère d’Air Total)
1977
le Cameroun devient officiellement producteur de pétrole après la mise en production du gisement de Kolé
1981
Inauguration de la raffinerie de Douala par la SONARA (Total : 11% et Elf : 5% des parts)

La présence du Groupe dans ce pays remonte à 1925, date à laquelle Petrofina entre dans le capital du Syndicat d’études et de recherches de pétrole de Logo-Baba nouvellement créé. Les travaux ne donnent rien, mais Petrofina entre dans un nouveau permis en 1929, qui ne donne rien non plus. A cette époque, alors que des indices avaient été relevés par des sociétés allemandes avant la Guerre, est lancée sous l’égide de l’ONCL une mission de reconnaissance géologique par de Vries. Ces travaux sont repris par le BRP après la Seconde Guerre mondiale, une mission étant accordée à Léon Migaux.

 

1925 - 1963

  • 1925, Petrofina entre dans le capital du Syndicat d’études et de recherches de pétrole de Logo-Baba nouvellement créé. Les travaux ne donnent rien.
  • 1929, la Petrofina française obtient un permis de recherche sans succès, mais crée néanmoins un syndicat de recherches au Ruanda Urundi.
  • 1947, la CFP par l’intermédiaire de la CFDPA, s’intéresse concrètement à cette partie de l’Afrique ; elle crée en décembre la Compagnie française des dépôts pétroliers du Cameroun et dès 1948 vend des produits dans le pays.
  • 1951, la CFP construit un premier dépôt à Douala. Mais la distribution se développe rapidement et le Groupe agrandit ce dépôt dès 1954 ; il met en service des dépôts annexes à Yaoundé et M’Balmayo. 
Dépôt pétrolier de Douala
Dépôt pétrolier de Douala. ©Prunet Georges - Total 

 

  • 1952, le BRP, qui a créé la SEREPCA l’année précédente, reçoit un vaste permis de recherches.
Carte des recherches d'hydrocarbures au Cameroun
Carte des recherches d'hydrocarbures au Cameroun - DR TOTAL

 

  • 1953, des indices sont relevés à Bomono, Souellaba, Logo-Baba.
  • 1955, une éruption de gaz a lieu et nécessite l’intervention de Mylon Kinley sur le site Petrofina de Logo-Baba 1 (qui est venu aider la SNPA après l’éruption gazière à Lacq en 1951). La même année Total crée l’une de ses premières filiales étrangères d’Air Total, Air Total Cameroun.
  • 1959, le BRP freine sur ses recherches au Cameroun, mais la Serepca – qui deviendra Elf-Serepca - commence à négocier un permis sur le plateau continental, qu’elle obtient ; les travaux de prospection commencent en 1963.

1964 - 1980

  • 1972, le Cameroun charge Total de préparer la construction d’une raffinerie d’1,5 MT dont l’État aura 51% et qui sera située à Victoria (actuellement Limbé). Dans ce but est constituée la SONARA dont Total a 11% et Elf 5. Les travaux avancent lentement.
  • 1973, Elf découvre les gisements d’huile offshore Betika Marine 1 et Asouna Marine 1 sur le permis Rio del Rey.
Forage d'exploration Elf SEREPCA
Forage d'exploration Elf SEREPCA. ©Huneau André - Total

 

  • 1974, Elf découvre des gisements à Kolé et Biboundi .
  • 1977, Kolé est mis en production, le Cameroun devient producteur de pétrole.
Plateforme et torchère du Champ offshore de Kolé
Plateforme et torchère du Champ offshore de Kolé. ©Huneau André - Total

 

  • 1978, Total entre sur le permis de Victoria et y découvre ce que le Groupe comprend comme un gros gisement de pétrole en 1979.
  • 1979, Elf découvre un gisement dans un nouveau permis, le Rio del Rey, et met en développement une plateforme à Ekoundou.
  • 1980, Elf trouve les premiers indices de pétrole à Kribi.

1981 - 1999

  • 1981, la raffinerie établie à Douala est inaugurée. Elf découvre du gaz sur les permis H33 et H24. Total met en production le champ de Moudi (nouveau nom de Victoria), mais rend des permis.
  • 1982, Elf découvre de l’huile sur le site de Mvia 1.
  • 1986, Elf s’accorde avec Pecten pour la répartition des intérêts sur le Rio del Rey. Total tente d’implanter des unités de « remote energy » à partir de ressources locales, mais en 1987 le pays connaît une forte instabilité.
  • 1987, Elf poursuit son activité amont, découvrant Itindi3 et ABM7, lançant le développement de Biboundi la même année, augmentant ses intérêts dans le pays grâce à la reprise de ceux de Coparex (1990).
  • 1988, Elf obtient le renouvellement des permis H44 Douala II et H45 Nord Cameroun et met en production le champ de Bidoundi.
  • 1989, Elf obtient le renouvellement des permis H37, H52, H56, H57 (bassin du Rio del Rey), et H54 sur le bassin de Douala.
  • 1990, Elf reprend l’exploration dans le bassin du Rio del Rey où elle reçoit de nouveaux permis.
  • 1991, Petrofina entre à nouveau dans un permis.
  • 1993,  Total sort de l’amont.
  • 1995, Elf relance le développement du champ de Kolé tandis que Petrofina décide de se retirer du pays où les recherches ont été décevantes.
  • 1999, Elf met en développement les champs d’Akono et Erong Nord.

2000 - 2019

  • 2004-2005, le champ de Bakingili (25,5 %, opérateur), découvert en octobre 2004, est mis en production en août 2005.
  • 2005, en avril, un contrat de partage de production est signé entre TOTAL E&P Cameroun (50 %, opérateur) et la République du Cameroun sur le bloc offshore Dissoni.
  • 2006, TOTAL s’est vu attribuer, par le gouvernement du Cameroun, 100 % du bloc d’exploration de Bomana, dans le bassin offshore du Rio Del Rey.
  • 2009, le Groupe obtient en juillet un nouveau bloc d’exploration, Lungahe (100%), situé à proximité de ses concessions et permis opérés.
  • 2010, en novembre, TOTAL finalise un accord de principe avec Perenco pour céder sa participation (75,8%) dans sa filiale d’Exploration & Production au Cameroun.
  • 2011, le projet « Total Access to Solar » est développé au Cameroun. Des lampes à LED de dernière génération associées à un petit panneau solaire photovoltaïque permettent de charger une batterie le jour et de restituer de la lumière la nuit, ou de charger un téléphone portable. Les produits sont stockés dans le réseau des stations-service de Total et distribués dans les villages peu accessibles par des   « revendeurs solaires ».
Solar lamp with a phone charger
Lampe solaire avec chargeur de téléphone.©Zamora Philippe - Total

 

  • In April 2011, TOTAL finalized the sale of its stake in its subsidiary Amont Total E&P Cameroon, a Cameroonian company in which the Group held 75.8%. Since then, the Group no longer holds any exploration or production assets in the country.