Canada

1953- 1955

La CFP ouvre une succursale à Calgary et acquiert des terrains en Alberta

1964

La RAP crée AUXIRAP

1970

La CFP crée TOP

1975

Petrofina Canada chemicals est créée pour la distribution de produits pétrochimiques

1977

Découvertes de gaz en Alberta

2010

Partenariat stratégique avec SUNCOR

Le Groupe est présent au Canada depuis 1951.

 

1951 - 1968

  • 1951, Canadian Fina Oil obtient une concession de 4000 km2 face aux Rocheuses, dans l’Alberta, où seront découverts les gisements de Windfall (gaz, 1955), Creek (gaz, 1961), Kay Bob, Fir, ….
  • 1952, 9 juin, Fina Oil Ltd est constituée pour explorer et exploiter le pétrole au Canada ; elle reçoit une concession, Redwater, où les forages sont positifs.
  • 1953, la CFP ouvre une succursale à Calgary (Canada) dont le responsable est le géologue H. de Cizancourt. Petrofina crée Canadian Petrofina Ltd, dite Canadianpetro, avec le groupe Lambert et la Société générale de Belgique, pour construire une raffinerie à Montréal.
  • 1954, la Canada Fina Oils (filiale de Petrofina) trouve du gaz dans ses gisements canadiens. La Canadian Petrofina, initialement constituée pour des développements aval, essentiellement autour de Montréal, décide de devenir une société intégrée amont-aval ; elle conclut des accords pour produire en Alberta, notamment en acquérant des participations dans le gisement de Pembina. Elle prend également des intérêts dans des pipelines.
Photographie : description et crédits disponibles ci-après
Mâts de forage à Pembina. ©Champin - Total
  • 1955, depuis l’ouverture d’une succursale à Calgary, la CFP a acquis des terrains en Alberta, au Saskatchewan et en Colombie britannique. La succursale est transformée en société et devient la French Petroleum of Canada. Petrofina met en service la raffinerie La Pointe-aux-Trembles près de Montréal (capacité initiale : 20 kbj), qui approvisionne un réseau de points de vente établis par Canadianpetro au Québec en 1954 (250 points de vente).
  • 1960, Canadian Fina acquiert les actifs de New Superior Oil of Canada. Canadianpetro absorbe Canadian Fina.
  • 1964, la RAP crée le 16 juillet Auxirap of Canada, (Auxirap 100 %). La SNPA prend 41% dans la société de recherche et d’exploitation Banff Oil Company et crée Aquitaine Company of Canada.
  • 1965, la RAP, par l’intermédiaire d’Auxirap explore au Canada. La SNPA via Banff Oil découvre le gisement d’huile de Rainbow Lake.
  • 1966, la capacité de la raffinerie de Montréal (Petrofina) est portée à 2,5 MT/an, avec un objectif de développement pétrochimique, la fabrication d’orthoxylène et d’aromatiques.
Photographie : description et crédits disponibles ci-après
Développement du réseau de stations-service Fina. DR - Total 

1969 - 1979

  • 1970, la CFP crée TOP (NA), société canadienne regroupant les actifs de French Petroleum of Canada, et Leonard Refineries, dont la CFP possède 43%. La SNPA met en production les gisements de gaz de Strachan et Ricinus (Alberta).
  • 1972, Petrofina fait de nouvelles découvertes de pétrole à Whitecourt (Alberta). Petrofina Canada est opérateur d’un groupe intéressé à l’exploitation des sables asphaltiques de l’Alberta, et lance une étude de faisabilité.
  • 1973, Petrofina agrandit la raffinerie de Montréal et découvre du gaz en Alberta, à Coalspur.
  • 1975, Petrofina Canada Chemicals est créée pour la commercialisation des produits pétrochimiques de la raffinerie de Montréal.
  • 1976, Elf regroupe ses intérêts canadiens au sein d’Aquitaine Company of Canada (ACC). La CFP mène une campagne d’exploration au Labrador.
Photographie : description et crédits disponibles ci-après
Forage dans le Labrador. ©Languepin Jean-Jacques - Total
  • 1977, Total met au jour d’importantes réserves de gaz en Alberta, qui restent à évaluer.
  • 1978, Petrofina prend 8% dans une association qui étudie un projet de développement de sables bitumineux en Alberta.
  • 1979, Aquitaine Company of Canada acquiert Universal Gas. Petrofina Canada prend une participation de 5% dans Syncrude, ce qui double ses réserves de pétrole au Canada et 8% dans Alsands, qui se lance dans l’exploitation des sables asphaltiques.

1980 - 1997

  • 1981, les actifs de Petrofina au Canada sont repris par la société d’État Petrocanada pour la somme d’1,4 milliard de dollars canadiens.
  • 1985, Atochem et l’Air liquide s’associent dans une société de droit canadien, Oxychem Canada Inc, pour produire de l’eau oxygénée. Total prend le contrôle d’Erikson Gold Mines qui exploite deux mines d’or et d’argent.
Photographie : description et crédits disponibles ci-après
Mine d'or Erikson. ©Liesse Gabriel - Total
  • 1986, Total commence l’exploitation de Mount Skukum et le site d’Erikson bénéficie d’une nouvelle usine de traitement après l’incendie en début d’année de l’usine existante : le Groupe Total produit plus de 1600 kg d’or dont plus de 1000 lui reviennent. Le Groupe devient opérateur d’un troisième site (Dome Mountain) dont il prend 50%.
Photographie : description et crédits disponibles ci-après
Mine d'or de Mount Skukum. ©Liesse Gabriel - Total 

1998 - 2019

  • 2000, le Groupe acquiert des participations dans deux nouveaux permis d’exploration offshore situés au large de l’île de Cap-Breton en Nouvelle-Ecosse.
  • 2002, TotalFinaElf conclut un accord pour prendre une participation de 43,5 % sur le permis Surmont, en Athabasca, dans la province canadienne de l’Alberta. Surmont est formé de quatre licences contiguës, pour une superficie globale de 548 kilomètres carrés. Ce permis fait l’objet depuis 1998 d’un projet pilote d’extraction de bitume par récupération thermique avec injection de vapeur (Steam Assisted Gravity Drainage).
  • 2003, janvier, le Groupe acquiert 43,5 % du permis de Surmont en Athabasca (Alberta). En décembre, lancement de la première phase du projet Surmont (sables bitumineux).
Photographie : description et crédits disponibles ci-après
Usine de Surmont - DR Total
  • 2004, en décembre, TOTAL acquiert 100 % du permis OSL 874, situé à environ 40 km à l’ouest de Surmont.
  • 2005, le Groupe acquiert  la société Deer Creek Energy Ltd (permis de Surmont et de Joslyn).
  • 2008, en août, le Groupe finalise l’acquisition de la société Synenco dont les deux principaux actifs sont une participation de 60% dans le projet Northern Lights et le permis mitoyen de McClelland, détenu en 100%. Le projet Northern Lights est situé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Joslyn.
  • 2009, décembre, Total commercialise des lubrifiants et poursuit son développement avec la signature d’un accord pour l’acquisition d’actifs lubrifiants dans la province du Québec.
  • 2010, décembre, Total signe un partenariat stratégique avec la compagnie Suncor relatif aux projets miniers de Fort Hills et Joslyn, et à l’upgrader Voyageur. Ce partenariat permet de réorganiser autour de deux grands pôles le portefeuille des différents actifs acquis par le Groupe dans les sables bitumineux ces dernières années : un pôle minier et upgrading qui regroupe les projets miniers de Joslyn (38,25%) opéré par Total, de Fort Hills (39,2%) opéré par Suncor et le projet d’upgrader Voyageur (49%) opéré par Suncor et un pôle SAGD(1) axé sur la poursuite du développement de Surmont (50%). Le Groupe détient également 50% du projet minier de Northern Lights (opérateur) et plusieurs permis (Oil Sands Leases) à 100% acquis lors de ventes aux enchères successives.
  • 2011, en mars, Total E&P Canada Ltd., filiale de Total, et la société Suncor Energy Inc. (Suncor) finalisent un partenariat stratégique autour des deux projets miniers de sables bitumineux de Fort Hills, opéré par Suncor, et Joslyn, opéré par Total, ainsi que du projet d’upgrader Voyageur, opéré par Suncor. Ces trois projets sont situés en Athabasca dans la province canadienne de l’Alberta.
  • 2013, Total conclut en mars un accord pour la vente de sa participation de 49% dans le projet d’upgrader Voyageur.
  • 2018, la production du Groupe est en augmentation à 95 kbep/j contre 59 kbep/j en 2017 et 34 kbep/j en 2016. La production du projet d’extraction minière de sables bitumineux de Fort Hills démarre en janvier. En septembre, TOTAL cède sa participation de 38,25% dans le projet Joslyn, dont les travaux avaient été suspendus depuis 2014.
Photographie : description et crédits disponibles ci-après
Têtes de puits sur le site de Joselyne. ©Thierry Cron - Total