Norvège

1959

Création de Norske Fina

1965

Début de l’activité de Total en Norvège avec Total Marine Norsk

1967

La CFP crée Total Oil Scandinavia

1990

Total Marine Norsk devient Total Norge

L’année 1950 voit un accroissement de la demande et de la production de pétrole. Les capacités de raffinage suivent ainsi que la flotte mondiale. La décision prise par la France est à rapprocher de la constitution de flottes par les grandes compagnies pétrolières. La Grande-Bretagne et la Norvège prennent des positions de plus en plus fortes dans ce secteur.

 

 

1959 - 1979

  • 1959 : Création de Norske Fina qui opère en aval. La société a repris les actifs d’une société de distribution déjà existante et se développera, outre la distribution, dans les lubrifiants et l’entreposage avec dès son année de création la construction d’un entrepôt à Bergen, puis à Oslo.

  • 1963 : Les pétroliers français CFP, BRP et RAP s’associent pour se lancer dans l’exploration et la production en mer du Nord.

    1963 : Petrofina s’associe à Phillips et Agip pour une campagne sismique en mer du Nord norvégienne.

  • 16 janvier 1964 : Constitution de Petronord (amont) le 16 janvier en Norvège dont la CFP détiendra 24 %, Auxira 24%, Petropar 12% et la SNPA 12 %. Cette même année, la CFP (1/3) et la SNPA (2/3) constituent un consortium qui obtient un permis en zone britannique de Mer du Nord, puis en zone norvégienne.

  • 1965 : Création de Total Marine Norsk (exploration-production) qui marque le début de l’activité du groupe dans le pays, avec son siège à Oslo.
    Le Royaume-Uni, la Norvège, le Danemark et les Pays-Bas signent plusieurs accords sur la délimitation du socle continental.
    En Norvège, publication des textes réglementant la prospection pétrolière et gazière sur le socle continental.
    Pétronord reçoit trois licences de production, représentant douze blocs, et se lance dans l’exploration en fin d’année. Et l’association Phillips – Agip – Fina reçoit trois licences de production.

  • 1967 : La CFP crée Total Oil Scandinavia pour distribuer en Norvège.
    Création de Elf Norge avec siège à Stavanger.
    Le groupe français échange 20% de ses blocs avec Phillips et entre ainsi sur les blocs d’Ekofisk. Petrofina détient 30% dans l’association qui explore ces blocs.

  • 1968 : Découverte du grand Ekofisk par Phillips Petroleum (juin, huile et gaz), plus précisément du gisement de Cod, gisement de gaz humide.

  • 1969 : Petronord entre sur quatre nouveaux blocs. Attribution du bloc de MDN sur lequel a été repérée en 1966 la structure où sera découvert Frigg.

  • 1970 : Les équipes d’Elf NORGE mettent en évidence en juin au premier forage le gisement de Frigg (gaz), à cheval sur les zones norvégienne et britannique de MDN. Elf est opérateur pour le compte de l’association Petronord.
    Mer du Nord, découverte d’Ekofisk-Ouest et de Torfelt. Le gisement d’Ekofisk apparaît comme une très grosse découverte : Norsk Hydro exerce son droit d’augmenter sa participation, au détriment des groupes français.

  • 1971 : Ekofisk a commencé à produire au rythme de 1,5 MT/an : un premier pétrolier arrive à Stavanger pendant l’été.

  • 1972 : Création dans l’amont de la Saga Petroleum issue de la fusion de quatre sociétés norvégiennes
    Accord d’unitisation pour le développement de Frigg : le développement du champ sera opéré par Elf Norge tandis que Total sera responsable de l’acheminement du gaz jusqu’à terre.
    Ekofisk produit 1,6 MT d’huile. En décembre, un contrat pour l’exploitation du gaz associé est signé entre les partenaires et un consortium d’acheteurs dont GDF. Du pétrole est découvert à Edda, une structure située au sud-ouest d’Ekofisk.
    Total confirme les espérances sur le prolongement en zone britannique du gisement de Frigg, qui est déclaré commercial en avril 1972. L’intérêt de Total tombe à 20,71% après la levée d’option de Norsk Hydro.
    Décision d’exploitation commerciale de Frigg dont les réserves récupérables sont évaluées à 200 Gm3. On prévoit d’en extraire 15 Gm3 par an, soit le double de la production annuelle de Lacq.

  • 1973 : Mise en place d’une plate-forme de forage pour le développement des champs de West Ekofisk, Torfelt et Cod.
    Conclusion du contrat de vente du gaz d’Ekofisk (Phillips, Agip, Petrofina et Petronord).
    Début de la construction du pipe à huile qui transportera le brut d’Ekofisk vers Teesside.
    L’État norvégien soumet au parlement un projet lui permettant de prendre une participation importante dans les pipelines Ekofisk – Emden et Ekofisk – Teesside.

  • 1974 : Début de la construction du gazoduc qui acheminera le gaz d’Ekofisk vers Emden.
  • 1975 : Fin du développement du gisement d’Ekofisk. Mise en service du pipeline d’évacuation du brut d’Ekofisk, permettant de porter la production à 15 MT/an (300 kbj).
    Novembre, explosion de la plateforme Alpha d’Ekofisk, faisant trois morts.
    Négociation du contrat de vente du gaz de Frigg à British Gas.
  • Mai 1976 : création de l’OPOL (Offshore Pollution Liability Agreement), par lequel une trentaine de sociétés pétrolières ont accepté une responsabilité s’élevant à 16 millions de dollars par incident ; la Norvège fait partie des sept pays couverts par cet accord.
    Concession d’un bloc au sud-ouest d’Ekofisk à Petrofina et d’autres partenaires, sur lequel du pétrole et beaucoup de gaz sont découverts.
    Poursuite active par Fina et ses partenaires des gisements d’Ekofisk, West Ekofisk, Cod, Torfelt, Eldfisk, Albuskjell et Edda ; de même pour les installations de réception de gaz d’Emden.
    8 mai, en présence du roi Olav V, inauguration du champ de Frigg et des installations de production.

  • 1977 : Norsk Hydro décide de quitter l’association Petronord.
    Découverte de gaz au sud-ouest d’Ekofisk, sur le bloc 1/9.
    Explosion sur la plateforme Bravo d’Ekofisk le 22 avril. Pas de mort, mais arrêt de la production pendant trois mois.
    Mise en production de West Ekofisk, puis de Cod en fin d’année.
    Le champ de Frigg entre en production et livre sur un rythme initial de 5,5 BCM/an à British Gas.
    Inauguration du terminal d’Emden et mise en service du gazoduc Ekofisk – Emden.
  • 1978 : Confirmation de la découverte faite sur le bloc 1/9 au sud-ouest d’Ekofisk
    Mise en service du terminal de Saint-Fergus, permettant de porter la production de Frigg à plus de 35 MCM/j en fin d’année.
  • 1979 : Confirmation de la découverte faite sur le bloc 1/9 au sud-ouest d’Ekofisk

1980 - 1989

  • 1980 : La Norvège met en place une nouvelle loi pétrolière augmentant les taux de taxation du pétrole.       
    Le gouvernement norvégien ouvre de nouvelles zones à l’exploration au nord du 62ème parallèle, qui délimite la mer du Nord dans l’accord entre Elf et Total ; dès lors, dans cette zone les deux compagnies françaises agissent indépendamment l’une de l’autre.

  • 1982 : Les forages entrepris sur le champ d’Oseberg permettent de réévaluer à la hausse les réserves de ce champ.
    Ouverture d’un département exploration à Bergen (Total CFP).  
  • 1983 : Début de la production de Frigg Nord-Est.
    Le gisement d’Oseberg est déclaré commercial ; son développement est lancé.
  • 1984 : Quatre nouveaux permis offshore à l’est d’Heimdal, dans l’Haltenbanken et dans la région de Tromsoeflaket).
    Janvier, inauguration du gisement de gaz à production sous-marine, Frigg Nord Est.
    Préproduction d’Odin, satellite de Frigg, dont la production globale atteint 70 Mm3/jour.
    Déclaration de commercialité de Frigg Est, dont les réserves sont estimées à 9 Gm3.
  • 1985 : Total et Elf obtiennent de nouveaux permis en Norvège. C’est également l’année où ELF met en place le gazoduc principal du système Statpipe (réseau de gazoducs destiné à transporter vers la côte les productions des gisements de Statfjord, Gullfaks et Heimdal).

Drawing of North Sea's Platforms
Dessin des plateformes en Mer du Nord. DR - Total

Sur Ekofisk, l’affaissement du fonds marin contraint Phillips à réduire pour deux ans ses livraisons de gaz aux compagnies européennes et à engager des travaux pour stabiliser le socle.

  • 1986 : Elf Aquitaine Norge acquiert Bow Valley Norge, grâce à quoi sa part dans le gisement d’Heimdal passe de 9,6 à 17,8%.
    Décision de surélever les plateformes du gisement d’Ekofisk.
    Lancement du développement du gisement de Tommeliten, proche d’Ekofisk.
    Découverte d’huile en mer du Nord norvégienne, près d’Oseberg.
    Mise en production du champ de Heimdal et poursuite de développement du champ d’Oseberg.

    La Norvège décide de réduire de 10% le volume de ses exportations pour soutenir l’OPEP. Le gouvernement réduit la pression fiscale sur l’exploitation des gisements et prend des mesures favorisant la recherche.

  • 1987 : En Norvège, Elf Aquitaine se voit attribuer trois nouveaux permis, dans l’Haltenbanken, au nord de Frigg et en mer de Barents, où le Groupe a quatre blocs.
    Découverte d’huile et de gaz à Sleipner, de l’huile à Statfjord (gisement d’Heimdal) et de l’huile à Frigg.

    Ekofisk : juillet-août, relèvement de l’ensemble des installations par Technip Géoproduction, entraînant vingt-sept jours et demi d’arrêt de la production ; il s’agit d’un exploit unique dans l’histoire de l’industrie.

    En mer du Nord norvégienne, Elf acquiert 2% dans Troll et 9% dans Sleipner.

  • 1988 : Elf Aquitaine obtient deux licences d’exploration-production avec un intérêt de 20% chaque fois.
    Le Groupe fait ou est associé à des découvertes : huile au Sud-Eldfisk et près d’Ekofisk, et huile et gaz sur le bloc 34/8
    Lancement de l’injection d’eau à Ekofisk pour permettre l’amélioration de la récupération de 30 MT de pétrole.
    Sur Oseberg, mise en service des plateformes A et B.
    Inauguration de Frigg Est le 18 octobre, l’exploitation sous-marine du champ est totalement automatisée, c’est une première mondiale.
    Elf Aquitaine Norge s’associe (50/50) pour créer en Norvège une société destinée à importer et vendre du bitume en Scandinavie.
    En Norvège, accord pour la construction de Zeepipe qui reliera les gisements de Troll et Sleipner à Zeebrugge.
    Elf et six autres sociétés pétrolières financent un nouveau laboratoire de recherche consacré à l’étude d’un réservoir rocheux, au Centre pour la recherche industrielle à Oslo
  • 1989 : Mise en production du champ d’Oseberg.
    Elf Aquitaine porte sa participation dans Troll à 2,35% et dans Zeepipe à 3%.
    Elf Aquitaine Norge acquiert des actifs de Sunningdale Oil Norge, grâce à quoi son intérêt dans le gisement de Heimdal passe de 17,66 à 21,5% et sur le bloc 25/4 de 26,3 à 33,7%.
    Pour Petrofina, la Norvège représente 52% de la production d’huile et 50% de celle de gaz.

Depuis 1990

  • 1990 : Elf Aquitaine reprend la totalité des intérêts d’exploration-production de Copare et de sa filiale Eurafrep en Norvège.
    Découvertes en Norvège (gaz sur 25/5-3 et huile et gaz sur 34/7-16).
    Elf augmente ses intérêts dans Ekofisk de 7,6 à 8,5%.
    Le champ de Tordis est déclaré commercialisable.
    Total fait des échanges en mer du Nord norvégienne, lui permettant d’entrer dans les gisements de Froy, Midgard, Albatross et Hild.

  • 1991 : Norvège, Statoil, naufrage de la plateforme Sleipner A en août, sans victimes.

  • 1992 : Découvertes sur le bloc 34-7 et à Visund.
    Fina cède des éléments de son réseau en France, en Italie, en Norvège et se renforce ailleurs. La Norvège menace de fermer le champ d’Ekofisk qui est confronté à d’importants problèmes de sécurité industrielle.
    Découvertes auxquelles le Groupe est associé en mer du Nord norvégienne, une de gaz près d’Ekofisk et deux de pétrole (près de Veslefrikk et sur le bloc 7/7).

Ekofisk Platform
Plateforme d'Ekofisk - ©Alsvik Kjetil - Total
  • 1993 : Elf Aquitaine construit un centre de recherches amont à Stavanger (Norvège) consacré aux pollutions marines.
    Mise en service du Zeepipe, permettant la vente des productions de Sleipner Est.

  • 1994 : Adoption par les autorités norvégiennes du plan de redéveloppement d'Ekofisk: ce plan, d'un coût global de 3 G$, permettra de récupérer 280 millions de barils supplémentaires.
    Le Groupe lance une campagne d'exploration dans l'Haltenbanken.

  • 1995 : Démarrage de la production sur la partie ouest du champ de Troll.
    Démarrage de la production du champ de Fröy (Total 15,2%).
  • 1996 : Première production du gisement d’huile et de gaz de Troll, après que Statoil et Shell l’ont équipé avec la plus grande plateforme à l’époque.
    Mise en production du champ de Sleipner.
  • 1997 : Le Groupe obtient deux licences d’exploration en mer de Barents (Norvège).
    Les sociétés du Groupe sont associées à la négociation du contrat de vente de 6 Gm3 de gaz à la SNAM à partir de 2000.
  • 1998 : Le Groupe entre dans de nouveaux permis en Norvège.
  • Shell et Petrofina échangent des actifs en Norvège, Fina transférant à Shell son réseau norvégien contre trente stations service hollandaises de Shell.
    Démarrage des champs de Tordis Est et d’Ekofisk II en mer du Nord norvégienne.
    Fin des travaux de redéveloppement d’Ekofisk en mer du Nord norvégienne, avec une production inférieure aux prévisions.
  • 1999 : Mise en production des champs de Troll C, Oseberg Est, Borg et Visund en Norvège. Arrêt de la production du champ de Lille Frigg.
    Mise en production du champ d’Asgard en mai.
  • 2000 : La production du Groupe en Norvège est de 331 kbep/j.

  • 2001 : Mise en production de Huldra

  • 2002 : Total porte à 10% sa participation dans la zone d’Oseberg (Norvège).
    Entrée en production de Tune et de Vale.

  • 2004 : Fin de la production de Frigg, démarrée en 1977, avec un taux de récupération de 78% (Norvège).
    Entrée en production du gisement de Skirne (gaz et condensats).
    Total obtient le rôle d’opérateur et un intérêt de 40% dans deux blocs de l’Haltenbanken.

  • 2005 : Découverte d’hydrocarbures dans l’Haltenbanken (Norvège).
    Mise en production du champ HPHT de Kristin (Norvège).
    Total obtient des intérêts sur quatre blocs en mer du Nord norvégienne dont deux comme opérateur.
  • 2006 : Total porte sa participation à 50% dans le gisement de Victoria dans l’Haltenbanken.
  • 2007 : Premier développement gazier en mer de Barents, avec l’entrée en production du champ de Snohvit.

  • 2008 : En mer du Nord norvégienne, le champ de Tirihans a été mis en production.

  • 2009 : Total obtient une participation de 40% et le rôle d’opérateur sur le permis de production PL535 en mer de Barents.

  • 2010 : Le 27 avril, le groupe signe un accord cédant à BP des participations dans les champs de Valhall (15.12%) et Hod (25%).

  • 2011 : Découverte de gaz sur la structure David (zone de Heimdal) en mer du Nord.

  • 2012 : 37 ans après sa découverte, Total lance le développement du champ offshore Martin Linge (Hild).

Arctic Lady
Méthanier « Arctic Lady » transportant le gaz produit par le gisement de Snohvit. ©HAGA TOM - TOTAL
  • 2012 : Mise en production du champ gazier d’Atla (autrefois David) en mer du Nord norvégienne.
    Démarrage de la production de Visund South en mer du Nord norvégienne.
    Découverte de King Lear en mer du Nord norvégienne.
    Total et ExxonMobil procèdent à des échanges d’actifs en mer du Nord norvégienne (cession d’intérêts dans Statfjord ouest, Snorre, Sygna ; acquisition dans Oseberg et Dagny).
  • 2013 : Démarrage de la production d’Ekofisk South.
  • 2016 : Démarrage d’Eldfisk II.
    Total ramène à 15% sa participation dans le champ de Gina Krog.
  • 2017 : Cession des intérêts dans le champ de Martin Linge et la découverte de Garantiana, ainsi que du solde de la participation dans Gina Krog en mer du Nord norvégienne.
    Finalisation de la cession de la participation dans le champ de Martin Linge.