Ressources humaines | - France

BAC+2 et de l'énergie à revendre !!

Cette phrase, c’est l’accroche de la petite annonce publiée par Total Compagnie Française de Distribution que j’ai découverte dans le magazine l’Express. C’était en 1983. L’annonce se terminait par « Nous attendons très vite votre candidature ». A l’époque, il n’était pas vraiment courant d’intégrer Total sans être ingénieur ou bardé de diplômes. Je faisais donc un peu exception à la règle avec mon BAC +2 en raison d’une orientation « hasardeuse »... J’ai signé mon premier contrat de travail le 1er décembre 1983 au 84, rue de Villiers à Levallois-Perret, au siège de TCFD sans connaître le lieu de ma première affectation. Celle-ci fut connue 20 jours plus tard. Et c’est ainsi que je suis arrivé à Dijon le 26 décembre dans des bureaux déserts. Me voilà ainsi délégué commercial en charge de commercialiser des carburants, du fioul domestique et des cartes GR auprès des petites entreprises, des transporteurs, des garagistes et des revendeurs. A 23 ans, je quitte donc mon Nord natal au volant de ma petite Renault 5 rouge avec une seule valise pour bagage. Je resterai près de 4 ans arpenter la Côte d’Or.

À cette époque, les commerciaux sont bien loin d’être équipés comme ceux d’aujourd’hui. Point de voiture de fonction et ni téléphone portable pour la simple raison que ce dernier n’existe pas. Chaque début semaine, je devais communiquer à mon responsable le planning de mes visites en clientèle avec les coordonnées des personnes rencontrées afin d’être joignable si besoin. Lorsque nous fumes équipés d’un bip, j’avais en permanence quelques pièces pour appeler d’une cabine téléphonique dont la cartographie sur mon secteur n’avait pas de secret. Qui dit absence de téléphone portable, dit aussi absence d’ordinateur. Toute notre action commerciale était consignée à l’ancienne sur des formulaires, des classeurs et des fiches. Pour optimiser mon temps de travail et moderniser mes offres commerciales, j’ai décidé d’investir avec mes propres économies dans un ordinateur et une imprimante à aiguilles. Il s’agissait d’un Apple IIC relativement volumineux et pas bon marché comme tous ceux qui étaient commercialisés en avril 1984. Du haut de mes 23 ans, je devins ainsi le premier commercial sur le terrain équipé d’un ordinateur ce qui m’attira quelques regards et remarques à la fois dubitatives et envieuses de mes pairs. J’optais donc pour une attitude discrète... Quant à mon Directeur Régional de l’époque, pour signifier son soutien à cette initiative, il eut la généreuse idée de m’offrir... une rame de papier !

One Total, our values
Goût de la performance
Mots-clés
embauche

Commentaires

Pour commenter ce témoignage, connectez-vous ou créez un compte.

Vous souhaitez partager votre expérience en lien avec ce témoignage ?

Compléter ce témoignage

Vous avez également contribué à l’Histoire de Total ? Partagez votre témoignage !

Participer à la galerie de témoignages