Raffinage | - France

D'après une histoire vraie

Mon frère Rémy et moi-même sommes nés à Donges dans une famille modeste de quatre enfants. Notre père était ajusteur aux Chantiers Navals de l’Atlantique.

La raffinerie de Donges a toujours été à nos côtés. Gamins, nous regardions tous ces tuyaux et ces cheminées qui nous intriguaient beaucoup. Surtout, j’avais remarqué que les familles dont les hommes travaillaient à la raffinerie avaient un niveau de vie nettement supérieur aux autres. Je voyais régulièrement passer le directeur de la raffinerie avec sa somptueuse voiture américaine qui me fascinait ; je me suis alors promis, du haut de mes 5 ans, de devenir, un jour, directeur de la raffinerie pour avoir, moi aussi, une grosse voiture. Il nous était impossible d’échapper à la raffinerie ; elle était physiquement et mentalement omniprésente. A l’époque où la Loire n’était pas draguée, nous fréquentions une plage dont nous ressortions avec la peau légèrement rosée car on se baignait dans les eaux chaudes rejetées par la raffinerie. 

En 1962, mon frère et moi y avons réalisé nos premiers stages pour payer nos études en exerçant divers petits métiers comme jaugeur de bacs, chauffeur ou graisseur de pompes... J’avais constaté que les ouvriers postés formaient une véritable corporation. Ils ne voyaient jamais les patrons et leurs informations provenaient uniquement des syndicats. Observant cela, je m’étais dit que si on me confiait des responsabilités, j’irai régulièrement échanger avec les opérateurs. C’est ce que j’ai fait lorsque je suis devenu directeur de la raffinerie en 1991, après une première expérience de 9 ans à Donges puis à des postes de Directeur général adjoint des raffineries de Grandpuits et de Feyzin.

Mon rêve d’enfant s’était réalisé ! Quant à la voiture du patron que j’admirais enfant, je l’ai trouvée réduite de moitié et, à peine nommé Directeur, j’ai supprimé le poste de chauffeur. J’ai ensuite toujours consacré plusieurs heures par semaine à dialoguer avec les postés pendant mon mandat de directeur. Un dialogue qui intriguait tout le monde. Certes, tout ne fut pas toujours rose... J’ai notamment dû faire face à une grève dure après de longues négociations pour moderniser la raffinerie et supprimer des postes.

Fort de cette expérience, je suis parti Allemagne participer à la construction de la raffinerie de Leuna. Une raffinerie où mon frère Rémy a également travaillé. Comme moi, Rémy est tombé tout petit dans le pétrole. Il a fait une belle carrière dans les groupes Antar, Elf puis Total. Il a aussi eu la chance de participer à la formidable époque des années 80 pour bâtir le « Grand Donges » et en faire un outil industriel de pointe. Il a aussi vécu le passage de Antar qui était une entreprise assez hiérarchisée à Elf qui a fait sauter le « corset » et les conventions.

A l’époque, la Direction locale de Antar "interdisait" aux non cadres de prendre l'avion. L'ouvrier n'avait droit qu'au train en 2ème classe, l'agent de maîtrise au train 1ère classe et le cadre l'avion. Lorsque le chantier du Grand Donges a démarré sous la houlette d'Elf, ces barrières hiérarchiques sont tombées. Elf visant d’abord l'efficacité. Mon frère Rémy a ainsi été le premier non-cadre à prendre l’avion pour Paris. Tous les deux, nous partageons une grande quantité de points de vue et les mêmes valeurs. Nous n’avons donc eu aucun problème à travailler à ensemble à Donges alors que je dirigeais la raffinerie. En revanche, Rémy s’abstenait de voter aux élections professionnelles ! La preuve, nous nous sommes suivis en Allemagne à Leuna avant que Rémy ne parte en Afrique. Aujourd’hui, nous sommes de retour à la maison à Donges où Rémy est conseiller municipal. La raffinerie de Donges a été notre vie comme beaucoup d’autres familles qui, comme la nôtre, ont connu une vraie ascension sociale tout en participant à une épopée industrielle remarquable. Notre plus grande fierté ? Que Donges ait été classée parmi les 5 raffineries les plus performantes d’Europe dans les années 90. Et notre souhait le plus cher aujourd’hui ? Qu’elle retrouve ce rang grâce aux investissements porteurs d’avenir que Total vient de décider.

One Total, our values
Respect de l'autre, Goût de la performance, Force de la solidarité

Commentaires

Pour commenter ce témoignage, connectez-vous ou créez un compte.

Vous souhaitez partager votre expérience en lien avec ce témoignage ?

Compléter ce témoignage

Vous avez également contribué à l’Histoire de Total ? Partagez votre témoignage !

Participer à la galerie de témoignages