Exploration - Production | - Nigéria

Dix ans de missions au Nigéria

Entre 1993 et 2003, j’ai fait plus de 80 voyages entre Pau, Port-Harcourt et Lagos, je restais à chaque fois une à deux semaines sur place. A l’époque, les rumeurs sur le Nigéria allaient bon train dans les couloirs du CSTJF… Ma nomination en tant qu’ingénieur d’affaires sur Odudu, le premier projet offshore du groupe, n’avait visiblement rien d’une « destination de rêve ». Pour ma part – peut-être est-ce dû à mon passé scout – j’ai eu, dès le premier jour, un vrai coup de cœur pour ce pays complexe et multi-facettes que j’abordais en « candide ». J’ai beaucoup donné et j’ai énormément reçu des nigérians, bien formés, motivés, talentueux, pétris de sagesse africaine. J’ai appris la patience dans ce pays et toute l’importance de la relation humaine.

Les nigérians avaient du mal à prononcer mon nom, ils m’ont surnommé « Mr 2 dollars par baril »

Je suis arrivé au Nigéria à la fin du projet Odudu, j’ai été formé par Jean Beau qui est parti à la retraite quelques mois plus tard. En 1995, Elf Aquitaine lançait les premiers projets intégrés avec des chefs de projet qui couvraient l’ensemble des activités : gisement, forage, construction, exploitation… J’ai alors pris la direction du projet Ofon avec une équipe d’une cinquantaine de personnes basées à Pau. Il a fallu apprendre à travailler en transverse et oublier l’organisation en silos verticaux…. Un changement de culture qui a permis d’aller dans le sens des exigences de la Nigerian National Petroleum Corporation, la compagnie d’Etat partenaire du projet à hauteur de 60%. Je me rappelle encore ma rencontre avec son directeur. La douche froide ! Je restitue ses propos : « votre projet atteint 3 dollars par baril et il est le numéro 19 sur la liste des dossiers potentiels à l’étude… Vous n’avez aucune chance au-delà de 2 dollars par baril ». Nous n’avions pas d’autre solution que de revoir complètement la copie. Suppression du quartier-vie, choix de grues plus classiques… finalement, nous avons relevé le défi. De ce jour, les nigérians qui trouvaient mon nom trop compliqué m’ont appelé « Mr 2 dollars par baril ». Ce qui m’a valu un entretien en tête à tête avec le président Philippe Jaffré qui a souhaité savoir comment j’avais diminué les coûts d’un tiers… L’exploitation d’Ofon a démarré mi 97, dans les temps et sans dérive financière. Une réussite d’équipe !

 

Troisième étape, la responsabilité du projet Amenam (2000-2003)

Sur cet énorme projet intégré qui a été décidé en 1998 - une équipe de 250 à 1 000 personnes -, j’ai appliqué les recettes qui avaient bien fonctionné sur les deux précédents : s’appuyer sur les compétences locales, valoriser les talents, oser des innovations techniques et organisationnelles, faire preuve de diplomatie et … toujours y croire. J’ai fait le choix d’avoir en permanence à Pau et au Nigéria, des représentants de la Nigerian National Petroleum Corporation et du Département of Petroleum Ressources qui suivaient toutes les étapes. J’ai aussi recruté un adjoint nigérian, une pointure dans le domaine du gisement… Les familles ont été accueillies à Pau, les enfants ont été pris en charge par l’école Sainte-Ursule. Je résume souvent ce projet en une phrase « Success happens when people work together ». Tous ceux qui ont travaillé sur ce projet en gardent un très bon souvenir, beaucoup de talents ont été repérés, qui ont fait de très belles carrières. C’est le cas de Kida Mussa, superviseur de chantier à l’époque, devenu un des directeurs de la filiale TEP Nigéria, de Monique Delamarre qui a réalisé un des plus beaux quartiers vie du groupe avant de poursuivre sa carrière chez TIGF, en tant que chef des opérations, puis directrice générale.

Pour moi, Amenam représente une étape inoubliable de ma carrière. Un projet audacieux, modèle en termes de sécurité et de respect du pays d’accueil !

One Total, our values
Sécurité, Respect de l'autre, Esprit pionnier, Goût de la performance, Force de la solidarité

Commentaires

Pour commenter ce témoignage, connectez-vous ou créez un compte.

Vous souhaitez partager votre expérience en lien avec ce témoignage ?

Compléter ce témoignage

Vous avez également contribué à l’Histoire de Total ? Partagez votre témoignage !

Participer à la galerie de témoignages