Exploration - Production | - Argentine

En terres argentines

TOTAL avait acquis en Argentine un permis au large de la Terre de Feu. Total Austral, la filiale dont j’étais le Directeur Général, portait donc bien son nom. Elle y développait le premier champ offshore argentin découvert en 1982 : celui d’Hidra, dont la production de pétrole a démarré en juin 1989. J’ai consacré une grande partie de mon temps à mener une série de négociations avec les autorités argentines pour en débloquer le développement, avec le soutien très actif de Thierry Desmarest, le Directeur de Zone de l’époque. De là, Total Austral s’est diversifié en récupérant un autre champ, voisin, partie à terre, partie en mer, celui d’Ara-Cañadon Alpha, exploité à partir des installations reprises de YPF, la Société Nationale, à terre. Ensuite, Total Austral a étendu son domaine minier offshore à la zone de Carina-Aries. Ce gisement de gaz, a finalement été mis en production le 24 juin 2005. Je croyais beaucoup à Carina, et j’ai bataillé pour convaincre Louis Deny, le Directeur Général du Groupe, de tenter l’aventure. L’expansion de Total Austral a continué après 1990, mais ce n’est plus mon histoire car je suis alors retourné à Paris.

Le pétrole offshore a été un des nombreux miracles qui ont régulièrement « sauvé » les argentins quand la situation économique était mauvaise. Ce qui arrive régulièrement. Aujourd’hui, cette chance se poursuit puisque l’Argentine est « assise » sur de gigantesques réserves de gaz de schiste : les troisièmes au monde après les États-Unis et la Chine qui vont lui donner un nouveau providentiel coup de pouce.

En tant que responsable de la filiale, j’étais naturellement en contact avec les hommes de pouvoir de l’époque. J’ai ainsi fini par me lier avec un général, chef des services secrets. Par son entremise, j’ai été invité lors de ma première année argentine à la grande parade militaire qui se tenait traditionnellement au Campo de Mayo et au pot d’honneur qui succédait. C’est là que j’ai rencontré les généraux Videla, Viola, Galtieri et Bigone. Plus tard via une relation péroniste, j’ai fait la connaissance de Carlos Menem, le futur Président de la République, alors candidat à la primaire péroniste. En vue de la privatisation de la compagnie pétrolière YPF et de la mise au point d’un nouveau code minier, Carlos Menem souhaitait s’entretenir avec moi pour comprendre comment Total, une entreprise d’État, « pouvait fonctionner comme une entreprise privée ». J’ai accepté cette invitation à condition que cela se fasse très discrètement. C’est ainsi que j’ai passé un week-end entier dans une luxueuse villa de Punta del Este en Uruguay en compagnie de Carlos Menem et de sa garde rapprochée. Cet homme d’état m’a alors impressionné par sa très grande capacité d’écoute. Il prenait des notes et me questionnait ensuite pour préciser des points. Une fois élu, il mena à bien cette privatisation.

Mes années argentines (1982 - 1990) furent sans doute des plus heureuses. J’ai particulièrement apprécié la culture locale et le mode de vie décontracté des argentins. Là-bas, les gens profitent pleinement de l’existence. Le plus dur fut sans doute d’appréhender l’hyper inflation qui dépassait régulièrement les 12 000% par an. Un chiffre inconcevable. Elle entraînait une spéculation quotidienne sur le dollar. Le jour de la paye, nos collaborateurs devaient, par exemple, se précipiter à la banque pour convertir leur paye en dollars afin de sauvegarder leur pécule.

Bien qu’arrivé tardivement dans le pays, Total est aujourd’hui le premier producteur étranger en Argentine après YPF. Et, aujourd’hui, l’aventure argentine se poursuit. En 2017, le Groupe s’est engagé dans le développement de gaz de schistes de Vaca Muerta. La future vache à lait de l’Argentine ?

L’avenir le dira.

One Total, our values
Sécurité, Respect de l'autre, Esprit pionnier, Goût de la performance, Force de la solidarité

Commentaires

Pour commenter ce témoignage, connectez-vous ou créez un compte.

Vous souhaitez partager votre expérience en lien avec ce témoignage ?

Compléter ce témoignage

Vous avez également contribué à l’Histoire de Total ? Partagez votre témoignage !

Participer à la galerie de témoignages