Exploration - Production | - Qatar

A la conquête d’Al-Shaheen, un géant du Qatar

Tout a commencé en 2015, alors que je travaillais à Paris à la Division Exploration sur les affaires d’acquisitions de gisements déjà découverts (Discovered Resources Opportunities pour les spécialistes). Total avait été contacté pour participer à l’appel d’offres sur le champ d’Al-Shaheen au Qatar.  Je connaissais la réputation de ce champ d’huile géant et ses chiffres impressionnants : des milliards de barils d’huile en place,  45% de la production totale du Qatar avec 300 mille barils par jour, 300 puits, 33 plateformes et surtout, son large potentiel encore non exploité. Je savais qu’il était opéré par Maersk Oil qui avait été le seul à relever le défi à l’époque, en 1992. Le renouvèlement de licence approchait et un appel d’offres était lancé à tous les opérateurs pétroliers. TOTAL se devait d’être de la partie. C’était une opportunité pour nous de renforcer notre présence au Qatar.

J’ai commencé à travailler à plein temps sur Al-Shaheen en novembre 2015. Avec le négociateur des Affaires Nouvelles Martin Krzewski et une équipe de 25 personnes, nous nous sommes attelés à la préparation et à la rédaction de l’offre. Il a d’abord fallu décortiquer le « data package » fourni par Qatar Petroleum et qui présentait une partie des complexités de ce champ. L’offre devait couvrir tous les aspects de la transition d’un opérateur à l’autre, en plus de la partie purement technique sur le développement du champ. L’objectif était de maintenir une production de 300,000 barils jour. Mais il ne fallait surtout pas omettre les autres volets d’une transition comme le transfert des systèmes informatiques et les Ressources Humaines. Nous avons constitué un organigramme de 1040 postes, qui prévoyait le transfert d’une grande partie du personnel de Maersk Oil Qatar. Les collaborateurs de Maersk Oil allaient-ils accepter  de rester travailler avec un nouvel opérateur? Comment maintenir les opérations si trop d’entre eux refusaient ? Nous avons travaillé très tôt avec les gestionnaires de carrière de TOTAL pour préparer nos «  troupes »  et nous mobiliser rapidement en cas de succès. Rien ne devait être laissé au hasard…

Nous avons remis notre offre le 26 avril. Après une dernière réunion de clarification au siège, nous sommes arrivés à Doha avec trois exemplaires du document. Le manuscrit était un bloc de papier massif d’environ 50 cm sur 50 cm  comportant 1300 pages ! Trois valises qui ont voyagé avec nous en cabine depuis Paris. Nous avons ensuite passé une longue journée dans les bureaux de TEP Qatar à parafer et tamponner chaque page avant de sceller la boite, à la cire rouge, à l’ancienne !  

Le grand oral a eu lieu le 18 Mai à Doha dans l’amphithéâtre de Qatar Petroleum. Nous disposions d’une heure devant le jury composé d’officiels. Nous étions dix à animer la présentation, bien décidés à convaincre notre auditoire. A Paris, nous avions même travaillé avec un coach qui nous a appris à poser nos voix, et à simplifier nos présentations – là il y a eu du travail !  Dans le bus qui nous transportait tous chez QP ce jour-là, nous faisions des vocalises à tue-tête. Cela a tellement troublé le chauffeur qu’il a raté deux fois l’entrée de l’immeuble et nous avons failli être en retard !  

Qatar Petroleum avait reçu les offres de six autres opérateurs, quasiment tous les poids lourds de l’Oil & Gas. Mais je savais que nous avions l’expertise et la technologie nécessaires pour développer le potentiel d’Al-Shaheen, ainsi que la souplesse pour pouvoir nous adapter à des installations de cette taille.  Je  savais aussi que QP appréciait beaucoup le savoir-faire de TOTAL, en particulier en géosciences, et notre capacité à travailler en équipes multidisciplinaires.  Nous avons dû attendre la fin du mois de juin pour le résultat final. Et c’est TOTAL qui est choisi le 26 Juin 2016! Ces mois de travail intense avaient porté leurs fruits.      

Après ce succès, nous n’avons guère eu le temps de souffler. Avec une première équipe de treize personnes, nous nous sommes installés dans les bureaux de TEP Qatar le 13 juillet 2016. Nous devions immédiatement mettre en place les fondations de la nouvelle société composée à 30 % des capitaux de Total et 70% de QP : déclaration légale, ouverture des comptes en banque, le premier système SAP pour la Finance et les achats, l’arrivée des premiers employés, la longue saga des changements de bureaux pour accompagner la croissance de la société... Et les premiers contacts avec Maersk Oil Qatar, dignes du plus froid des hivers nordiques. Vaille que vaille, il fallait tout bâtir pour être prêts à reprendre les opérations le 14 juillet 2017, hasard du calendrier lié à la date de début de la License de Maersk Oil en 1992. Apres avoir passé plus de six mois à étudier Al-Shaheen dans ses moindres détails, je devenais le chef d’orchestre de la transition. Une autre aventure, tout aussi passionnante et exigeante, nous attendait.

One Total, our values
Esprit pionnier, Goût de la performance

Commentaires

Pour commenter ce témoignage, connectez-vous ou créez un compte.

Vous souhaitez partager votre expérience en lien avec ce témoignage ?

Compléter ce témoignage

Vous avez également contribué à l’Histoire de Total ? Partagez votre témoignage !

Participer à la galerie de témoignages