Exploration - Production | - Russie

L’âme russe n’est pas une légende

C’est au marché de Serres-Castet, entre le primeur et le fromager, que mon épouse a entendu parler de Russie pour moi ! Nous étions en janvier 2007, j’étais alors directeur de la filiale TEPF à Lacq et je pensais y rester encore quelques années… D’ailleurs, Christophe de Margerie me l’avait confirmé quelques semaines plus tôt. En mars, le mystère s’est épaissi, mon gestionnaire de carrière m’a signifié qu’il fallait que « je m’attende à un changement ». Un mois plus tard, à peine ma valise posée pour le séminaire des cadres dirigeants à Deauville, Yves-Louis Darricarrère me demandait officiellement, au nom du CDEP, de prendre la direction de la filiale russe, sur laquelle le Groupe prévoyait des développements importants… Le défi était de taille : passer de 30 000 à 300 000 barils !  Il était 12 h 30, je devais donner ma réponse à 14 h. A 55 ans, nous avons donc refait les cartons pour nous envoler vers Moscou ! Un choix difficile pour mon épouse qui était professeur de  physique-chimie dans un lycée de Pau… Mais aussi l’excitation  d’une nouvelle aventure !

« Nouvelles ambitions pour TEP Russie »

Ma prise de poste en tant que directeur a coïncidé avec le démarrage du partenariat Total-Gazprom sur le projet Shtokman. D’une petite filiale de 30 à 40 personnes, nous sommes passés en moins de 4 ans à plus de 300 collaborateurs. J’ai eu carte blanche pour construire de nouveaux locaux, donner une nouvelle image à Total, jusque-là peu connu en Russie. Un magnifique challenge ! Il fallait poursuivre l’exploitation de Kharyaga dans les meilleures conditions mais aussi gréer des équipes pour Shtokman et pour le siège. Des expatriés et beaucoup de jeunes russes que la filiale a formés.

En parallèle, j’avais aussi une mission de développement. J’ai repris les négociations avec le numéro deux du gaz russe, Novatek, interrompues quelques temps auparavant. Sans arrogance et avec beaucoup d’humilité ! Parce qu’en Russie, il faut d’abord établir un lien de confiance. J’ai très vite compris cette phrase du poète russe Tchoutchev qui dit « on ne peut comprendre la Russie par la raison, on ne peut que croire en la Russie ». Finalement, le président de Novatek a apprécié la démarche et nous avons pu lancer conjointement un premier développement sur le gisement de gaz Thermokarstovoye. Les équipes se sont apprivoisées et Total a progressivement augmenté sa participation dans Novatek. Ce travail de fond sur quatre ans a ensuite facilité notre entrée dans le projet de liquéfaction de gaz naturel, Yamal LNG au nord de la Russie.

« J’ai développé un lien très fort avec mon interprète »

Je ne parlais pas un mot de russe, j’ai pris des cours avant mon départ et sur place… Il a fallu que je m’habitue à la présence quasi permanente d’un interprète, Sacha, un homme extraordinairement fin, qui m’a beaucoup aidé et est devenu un ami. Au quotidien, même si on parlait français et anglais dans la filiale, j’ai toujours considéré que la pratique du russe était fondamentale, une marque de respect vis-à-vis de mes interlocuteurs. Aussi, j’ai mis un point d’honneur à apprendre par coeur en russe mes discours de la Sainte-Barbe  et à toujours avoir quelques mots d’introduction en russe dans les nombreuses conférences auxquelles Total était invité. Je m’entrainais dans la voiture avec mon chauffeur !

« Beaucoup de rencontres, la légion d’honneur »

La Russie du début des années 2000, c’était aussi un formidable boom économique, d’extraordinaires opportunités pour les investisseurs français. J’ai travaillé main dans la main avec l’ambassadeur de France qui voulait faciliter l’accès des marchés aux entreprises hexagonales. Nous avons reçu plusieurs délégations de 50 à 60 chefs d’entreprises sur Shtokman avec ce souci de partager le projet. Une démarche de « facilitateur » qui m’a valu d’être décoré de la légion d’honneur en 2013 par Christophe de Margerie !

 La Russie nous a séduits au moment où nous nous y attendions le moins. Un magnifique souvenir professionnel et personnel !

One Total, our values
Esprit pionnier, Goût de la performance, Force de la solidarité

Commentaires

Pour commenter ce témoignage, connectez-vous ou créez un compte.

Vous souhaitez partager votre expérience en lien avec ce témoignage ?

comment-outline Compléter ce témoignage

Vous avez également contribué à l’Histoire de Total ? Partagez votre témoignage !

comment-outline Participer à la galerie de témoignages