Vie de la société | - France

Le Safety Concept de la Tour Michelet

Cet article est inspiré du DAZIBAO de 1996, rédigé en son temps par Philippe Derrien.

Où l’on voit que chez Total, on est plus en sécurité au travail qu’à la maison.

On parle beaucoup de la sécurité de nos installations pétrolières, mais qu'en est-il du site de La Défense (Tour A, bâtiments B et C, Diamant et Galilée), lieu de travail quotidien pour quelques 3 600 personnes ?

Sachez qu’en 1996, la Tour était classée IGH (Immeuble de Grande Hauteur), et qu'à ce titre elle bénéficiait d’attentions toutes particulières : colonne humide main­tenue sous pression, pompes incendie (20 bars,120 m1h) et réserve d'eau (280 m.') situées au sous-sol, système d'extraction forcée et naturelle des fumées.

Le «Safety Concept» de la tour était basé sur l'hypothèse qu'un feu ne se déclenchait qu'à un étage à la fois, et que celui-ci était immédiatement isolé des autres. Comment ? Par les portes coupe-feu des ascenseurs (240 au total) et des escaliers ainsi que des clapets de sectionnement situés dans les gaines de climatisation (735 en tout). Un scénario «Tour Infernale» était donc hautement improbable !

En 1995, 250 vraies détections se sont produites. Les causes principales en ont été les cuisines ainsi que les fumeurs impénitents. Heureusement, aucun feu ne s'est déclaré.

En ce qui concerne l'évacuation, un exercice était conduit une fois par an et par étage. La moyenne pour évacuer un étage se situait aux alentours de trois minutes.

Je sens déjà poindre une autre question, lecteur impatient : mais à quoi servaient donc les haut-parleurs installés dans la tour ? C’est tout simplement le «public address» qui devait servir à diffuser des instructions en cas d'alerte ou d'évacuation.

De même que nos usines, les bâtiments étaient pourvus de «passive fire protec­tion», en ce sens que les cloisons entre bureaux et les vitres pouvaient résister une demi-heure au feu, les cloisons séparant les bureaux des couloirs résistaient une heure, ainsi que les portes, et même la moquette était en matériau ininflammable. Il ne fallait pas non plus oublier de fermer la porte en sortant !

Dans le cadre de «l'active fire fighting», outre les moyens internes nous disposions aussi de moyens externes fournis par les pompiers de Paris, qui pouvaient amener motopompes, moyens techniques et humains, assistance médicale, etc. Délai d'intervention : une quinzaine de minutes, quand les transports en commun n’étaient pas en grève. On voit donc qu'au boulot, nous étions finalement bien protégés contre toutes sortes d'événements fâcheux et que la Sécurité, même si elle n'est pas toujours visible ou spectaculaire, était et est toujours à l’heure actuelle, bien présente et utile en cas de problème.

En effet, de nos jours, de gros moyens matériels et humains ont été mis en place afin de préparer davantage les salariés de la Tour Michelet (et des autres sites d’ailleurs) à faire face aux multiples dangers (formations sur mesures, nouveaux matériels toujours plus efficaces, rénovations, etc.)

Maintenant, vous ne viendrez plus à la Tour Michelet par hasard !

One Total, our values
Sécurité

Commentaires

Pour commenter ce témoignage, connectez-vous ou créez un compte.

Vous souhaitez partager votre expérience en lien avec ce témoignage ?

comment-outline Compléter ce témoignage

Vous avez également contribué à l’Histoire de Total ? Partagez votre témoignage !

comment-outline Participer à la galerie de témoignages