Exploration - Production | - Algérie

Ma nouvelle vie à « Maison Verte »

Le 21 août 1969 j’arrivai à Hassi Messaoud, un mois après l’accident de la caravelle de relève où trois ingénieurs de la CFPA que j’avais connus 3 mois plus tôt avaient péri dans l’accident.

Ce n’était pas de bonne augure pour ma première affectation à Hassi Messaoud. Alors que j’étais censé être affecté au centre de production UP1, C. Rederon, Directeur Technique m’avait demandé de rejoindre pour une période de 3 mois le service Travaux Neufs dirigé par Jean-Jacques, un monsieur admirable.

Le but était d’assister le responsable de travaux en charge de la construction d’un lotissement de 21 villas destinées aux ingénieurs, aux agents de maîtrise et à leurs familles nommé la Maison Verte. Ce fut une expérience enrichissante.

J’étais le premier arrivé de la dernière vague d’ingénieurs nouvellement recrutés. Les conditions étaient rudes, nous travaillions de 7h30 à 20h, nous conduisions des 4L sans climatisation sous 50 degrés, le volant nous brûlait les mains ! Malgré cela, l’ambiance était extraordinaire, le déjeuner  sympathique et nous finissions à la piscine où les matchs de volley-ball étaient endiablés. Le soir nous dînions tous ensemble, un vrai moment de convivialité !

J’ai rejoint le centre de production en décembre 1969 puis en janvier 1970, j’ai dû faire un stage informatique de 6 semaines à Paris pour perforer des cartes. C’était un passage obligé... A la fin du stage, alors que je m’apprêtais à retourner à Hassi Messaoud, on me demanda de rester à Paris afin de participer au projet de liquéfaction de gaz “ UL1 “ aux côtés de Jacques Verdier et Gérard Rigaud. Ce projet n’a jamais vu le jour en raison de la nationalisation en 1971.

Gérard Rigaud et moi-même avons finalement fait un stage de 6 semaines à Pau à la SNPA...

A partir d’octobre 1970, la construction des villas à Hassi Messaoud était terminée et les familles des collaborateurs arrivèrent à « Maison Verte ». Il y avait 21 villas, dans lesquelles vivaient des ingénieurs âgés entre 25 et 30 ans et des agents de maîtrise. Nous faisions la fête tous les soirs.

Ma femme était professeur d’anglais et donnait des cours bénévolement au centre de formation de Total.

C’était la belle époque car nous étions un jeune groupe très soudé. Les paysages étaient somptueux. Le désert est un endroit passionnant où l’on peut admirer de magnifiques couchers de soleil dans les dunes. J’y ai vécu des moments inoubliables !

One Total, our values
Respect de l'autre, Esprit pionnier, Force de la solidarité

Commentaires

Pour commenter ce témoignage, connectez-vous ou créez un compte.

Vous souhaitez partager votre expérience en lien avec ce témoignage ?

Compléter ce témoignage

Vous avez également contribué à l’Histoire de Total ? Partagez votre témoignage !

Participer à la galerie de témoignages