Exploration - Production | - Brésil

Premier pas d'Elf au Brésil

Début Mars 1978, j’ai été muté au Brésil où Elf avait obtenu un bloc de prospection en face du delta de l’Amazone. Le Brésil s’ouvrait alors aux compagnies étrangères.

Si la base de direction était bien à Rio De Janeiro, la base opérationnelle se trouvait à Belém, capitale de l’état du Para, situé sur la côte sud du delta de l’Amazone.

Une anecdote : en cours de préparation, le responsable du positionnement de l’appareil avait arraché le toit de l’église d’Amapa en voulant poser le Puma sur la place du village. Elf en avait été pour une église neuve. Le boss était content !

C’était mon premier grand voyage à l’étranger car on ne peut pas considérer le Moyen-Orient comme une destination lointaine.

Le passage obligé était Rio de Janeiro. Pas de vol direct entre Paris et Rio à l’époque, mon trip jusqu’à Belém a donc été une série de saut de puce : Pau – Paris – Dakar - Rio puis Rio – Belo-Horizonte – Teresina - Sao Luis et Belém. Pas de stop over à Rio où je suis arrivé dans la matinée et reparti après 6 heures d’attente. Bien sûr, le billet Rio – Belém n’était pas valable et il fallut que je paye une surtaxe.

A Belém, l’appareil qui devait forer pour nous était en cours de navigation. Cette unité neuve de SEDCO arrivait de l’Alaska via le Cap Horn (elle avait fait un puit pour ESSO sur la côte Pacifique).

Après 6 jours à Belém, je suis monté dans l’appareil. Le périple pour y arriver n’était pas triste non plus. Avec Shell, nous avions construit un hélipad sur l’embouchure Nord du delta de l’Amazone (Cabo Norte) pour pouvoir faire le plein en kérosène.

Mais pour ce premier trip, il fallait passer par Amapa, capitale du territoire du même nom, au Nord de l’Amazone, pour prendre les représentants du service des douanes. Nous avons donc posé notre hélico sur un hélipad qui était utilisé par Petrobras (société nationale pétrolière brésilienne).

Durant l’attente des passagers, un hélico de Lider est revenu d’une relève. Il s’agissait d’un S58  (Sikorsky), un des premiers gros porteurs avec moteur en étoile et un poste de pilotage situé en position haute au-dessus du moteur. Le plus extraordinaire : un fût de 200 litres de kérosène était installé dans la carlingue (partie passager) avec une simple pompe à main, pour palier à la faible capacité du réservoir, et sur ordre du pilote, un des passagers était chargé de pomper pour transférer le kérosène dans le réservoir principal.

Heureusement, nous disposions d’un hélicoptère de type Puma (EADS) à double turbine qui était opéré par des pilotes et mécaniciens de Héli-Union, société française spécialisée dans le transport en hélicoptère.

Les étapes normales des vols étaient Belém – Cabo Norte – le rig (nom donné à la plateforme) – Cabo Norte - Belém. Cabo Norte était un village de pêcheurs situé sur la côte nord de l’embouchure de l’Amazone. L’hélipad avait été fait sur la bordure de la forêt et un platelage était posé sur les troncs d’arbres coupés au-dessus du niveau maximum de la marée.

Durant le trajet Belém – Cabo Norte, nous survolions tout le delta de l’Amazone et l’île de Marâjo qui a une surface égale à la Belgique. J’ai eu droit, durant certains voyages, à des orages terribles pendant cette traversée. Non, pas vraiment la ‘’frousse” mais, bien sûr, les tripes un peu nouées.

La seconde partie du vol s’effectuait en partie sur la zone où les eaux boueuses de l’Amazone se mêlent à l’eau bleue de l’Atlantique : cela donne un patchwork bicolore incomparable en forme de larges méandres. Un aller et retour Belém – rig – Belém prenait 6 heures. Inutile de dire que côté sécurité en cas d’accident grave, la rapidité d’évacuation était impossible.

Les communications avec la base ne pouvaient se faire que via une radio de SEDCO qui fonctionnait mal car Elf n’avait pas encore obtenu des autorités brésiliennes (encore sous dictature à cette époque) l’accord d’utilisation des fréquences radio locales. Je suis donc resté 4 jours sans contact avec ma base mais j’avais commencé le puit avec quelques problèmes qu’il a fallu que je résolve seul.

La base ne sachant pas trop ce qui se passait vu l’impossibilité de passer les rapports journaliers par radio, au 4ème jour, un hélico est arrivé avec l’adjoint au chef de base pour avoir des infos et savoir où j’en étais du chantier car ils n’étaient pas sûr que j’ai commencé les opérations.

Ce même jour, un appel d’un autre hélico est parvenu sur la plateforme pour nous demander un atterrissage d’urgence car bientôt en manque de kérosène. En fait, il s’agissait d’un hélico de Lider qui effectuait les relèves sur une unité de SEDCO travaillant pour Pétrobras plus au Nord. Ces hélicos (S68 : voir plus haut) étaient très mal équipés en équipements de navigation et suite à un orage, les pilotes avaient perdu la direction et dérivé de la route du rig. Ayant aperçu un derrick, ils ont donc foncé sur nous mais ce n’était pas le bon point d’arrivée. Nous leur avons donc refilé du kérosène et donné la bonne direction pour arriver à la bonne destination.

Mais revenons à notre chantier, heureusement que j’avais le programme du puit et que je n’ai pas attendu le feu vert de la base pour commencer le forage. Cela a duré environ 2 semaines avec une communication faiblarde mais le chantier avançait bien, sans problèmes majeurs.

C’est au moment de la descente du casing 20 que le seul problème majeur s’est produit. Le plus drôle a été celui de trouver le float collar (clapet anti-retour) du premier tube 20” soudé ‘‘up side down” (à l’envers : le haut en bas). Il a donc fallu le forer avec un outil 12”1/4 avant de descendre ce casing. C’est sur ce chantier que j’ai utilisé pour la première fois des fairing (des profilés en forme d’aile d’avion) qui se montaient sur les joints de riser pour contrer le phénomène de Wortex dû au courant très puissant dans ces zones (minimum 5 knots).

Sur cette première campagne, Elf n’a foré qu’un puit d’exploration avec résultat négatif.

One Total, our values
Esprit pionnier, Goût de la performance, Force de la solidarité

Commentaires

Pour commenter ce témoignage, connectez-vous ou créez un compte.

Vous souhaitez partager votre expérience en lien avec ce témoignage ?

Compléter ce témoignage

Vous avez également contribué à l’Histoire de Total ? Partagez votre témoignage !

Participer à la galerie de témoignages