Exploration - Production | - Venezuela

Une double nationalisation, cela marque !

Nous sommes dans les années 2000, époque du chavisme au Venezuela avec cette ambiance plutôt « colorée » qui caractérise alors le pays. En quelques années, Total va connaître une double nationalisation de ses actifs, événement rarissime dans l’histoire de l’industrie pétrolière. L’unique précédent remonte à 1979 en Iran lors de la Révolution islamique.

 

L’acte 1 se déroule début avril 2006. Elle concerne Jusepin, le premier champ pétrolier historique de Total au Venezuela que le Groupe exploite depuis les années 1990. Pour des raisons politiques, le Président Hugo Chavez décide la nationalisation de l’ensemble des champs de la région. Toutes les grandes compagnies pétrolières, dont Total, s’engagent alors dans un processus de négociation de plusieurs mois avec les autorités. A quelques heures de la signature du protocole d’accord, un ultime échange entre Total et les autorités provoque la rupture unilatérale et définitive des discussions.

C’est le branle-bas de combat !

Nous sommes un vendredi après-midi. En France, c’est le début du week-end et tous les membres du Comex reviennent d’urgence à la Tour pour gérer ce revirement inattendu. Résultat, la chaise de Total restera vide lors de la séance de signature des nouveaux contrats qui réunit toutes les multinationales au palais présidentiel de Miraflores, en présence du président Chavez et du ministre de l’Énergie et du Pétrole Ramirez.

Puis les événements s’accélèrent puisque le jour même, celui où nous devions signer avec les autorités, la Guardia National débarque manu militari à minuit sur le champ. L’État vénézuélien vient de prendre physiquement le contrôle direct de Jusepin. Les militaires ordonnent l’évacuation des lieux, baissent le drapeau de Total et hissent celui de PDVSA. Notre sort venait de se jouer en 24 h ! Après ce coup de massue, nous nous sommes tous retrouvés le samedi matin dans nos bureaux avec la gueule de bois. Cette issue nous a obligés à restructurer la filiale, chose que nous avons gérée le plus humainement possible.

 

L’acte 2 a débuté seulement quelques mois plus tard pour s’achever définitivement en février 2008.  Il concerne cette fois-ci le champ de Sincor entré en production en 2000. Total a le leadership d’un des quatre gros développements réalisés. Hugo Chavez décide de reprendre la main sur les champs de l’Orénoque qui abritent les plus importantes réserves de pétrole extra-lourd du monde. Car dixit le Président « Le pétrole appartient à tous les vénézuéliens ».

Au pays du chavisme, c’est l’un des plus prestigieux cabinets américains avec ses consultants en costume trois pièces qui conduit les négociations au nom des autorités vénézuéliennes ! Drôle de contraste... Autre curiosité locale, il nous arrive d’apprendre à la télévision une modification des termes de la négociation. Lors de l’incontournable émission « Allo Présidente » où Hugo Chavez abordait toutes sortes de sujets au cours d’interminables envolées, ce dernier a annoncé en direct que notre raffinerie serait également nationalisée alors que les négociations portaient exclusivement sur la partie amont de nos activités ! Chavez avait changé d’avis après une visite où il avait découvert cet actif flambant neuf. La compagnie sera alors rebaptisée Petrocedeno et contrôlée par PDVSA.

 

Épilogue de l’histoire, Total a fait le choix stratégique, à la différence des compagnies pétrolières américaines, de rester dans ce pays aux conditions de business dures. Ce choix repose sur l’espoir d’avoir une longueur d’avance dans cette région quand les jours seront meilleurs. Il symbolise également l’esprit de Total, celui d’un Groupe particulièrement attaché aux pays dans lesquels il opère et aux équipes locales.

L’histoire dira qui avait raison.

A suivre...

One Total, our values
Sécurité, Respect de l'autre, Esprit pionnier, Goût de la performance, Force de la solidarité

Commentaires

Pour commenter ce témoignage, connectez-vous ou créez un compte.

Vous souhaitez partager votre expérience en lien avec ce témoignage ?

comment-outline Compléter ce témoignage

Vous avez également contribué à l’Histoire de Total ? Partagez votre témoignage !

comment-outline Participer à la galerie de témoignages